Algérie

Téléphonie


MARCHÉ DE LA TÉLÉPHONIE MOBILE Mobilis veut revenir dans la course Mobilis, la filiale mobile d?Algérie Télécom, veut revenir dans la course. Désormais fortement concurrencé par Djezzy qui a atteint 2 millions d?abonnés, essentiellement dans le prépayé et en prévision du prochain démarrage du troisième opérateur koweïtien, Al Wataniya, qui met progressivement en place son réseau, il semble vouloir rattraper son retard. Mobilis a quasiment été obligé de revoir sa propre offre sous peine de perdre ses clients. Lors de sa première rencontre avec la presse hier, depuis sa désignation en tant que PDG le 28 juin dernier, en remplacement de Mustapha Achaïbou, Hachemi Belhamdi l?a clairement affirmé. Le ton a visiblement changé. Il est plus agressif et les objectifs plus ambitieux. Cet ingénieur et ancien directeur général des technologies de l?information et de la communication au niveau du ministère de la Poste et des Technologies de l?information et de la communication ne fait pas dans la nuance : « Nous allons nous battre avec les mêmes armes que ceux des concurrents. Nous allons rompre avec les procédures du passé qui n?ont pas donné satisfaction. Nous avons l?habitude de tout faire. Dorénavant, on va sous-traiter, superviser et multiplier nos moyens de réalisation. » Des paroles en l?air ? Pas du tout, puisque le premier responsable de l?entreprise est persuadé que la bataille du mobile en Algérie n?est encore gagnée par aucun opérateur. La première mesure prise est de jouer à fond la carte de la communication. S?inspirant de son principal concurrent actuel, il se rapproche de plus en plus des journalistes qui relayeront sa stratégie et ses objectifs. Les rencontres seront plus conviviales à l?avenir. Pour sa première sortie médiatique, Belhamdi s?est entouré de ses plus proches collaborateurs. Il a voulu se monter plus manager que directeur. Il avoue sans ambages : « La couverture du réseau est insuffisante et la gamme de services reste limitée. Les tarifs d?accès sont excessifs et le réseau commercial est insuffisamment développé. La qualité de service est médiocre dans le drop calls (l?interruption de la communication), ce qui suscite une congestion de la communication, particulièrement dans les grandes villes. » Une bataille très serrée Concernant la gestion de l?entreprise, il n?y va pas avec le dos de la cuillère : « Il y a manque de cohérence et de coordination entre services. La communication interne et externe est insuffisante en l?absence d?outils de gestion performants face à la concurrence. La bataille sera très serrée, mais c?est le must qui fera la différence. Toutes ces critiques nous permettront de rebondir. » L?inexistence d?une véritable politique de ressources humaines (recrutement, motivation, formation), l?absence d?organigramme, un sous-effectif et une sous-qualification en plus d?une productivité faible et de l?absence de fondamentaux (marketing, commercial, finances, comptabilité) n?ont pas permis à Mobilis de jouer dans la cour des grands. Mais le retard à rattraper est immense. Mobilis n?a que315 000 clients (165 000 en postpayé et 150 000 en prépayé). Le réseau du prépayé, qui a été lancé en février 2004, est à la limite de ses capacités radio. Comment remonter la pente et augmenter ses parts dans un marché très demandeur, estimé à 8 millions de lignes en 2006 ? La première mesure adoptée est la réduction des tarifs à partir du 1er septembre. Ainsi, une nouvelle tarification entrera en vigueur : pour le postpayé l?accès passera de 22 000 DA à 8000 DA HT et l?abonnement passera de 1300 DA à 1000 DA HT. Concernant le prépayé, le prix de la puce passera de 5800 DA TTC à 2800 DA TTC. Cependant, la nouvelle direction sait pertinemment qu?il ne suffit pas de casser les prix pour retrouver une position de leader sur le marché. Il y aura forcément d?autres mesures d?accompagnement car l?image de marque d?ATM s?est détériorée avec le temps, entraînant désillusion et désintérêt vis-à-vis du produit Mobilis qui semble perpétuellement à la traîne. Il y a donc une image à reconstruire et une confiance à reconquérir. Parmi les autres objectifs figurent l?introduction massive des nouvelles technologies (GPRS, MMS, Wi-Fi, 3 G). A fin 2004, l?objectif est d?atteindre 1 000 000 d?abonnés dont 700 000 prépayés. L?entreprise ambitionne d?atteindre 3 000 000 d?abonnés. En somme, Mobilis mise sur les services à valeur ajoutée pour glaner d?autres parts du marché. Belhamdi, qui connaît bien le secteur aura pour mission de hisser l?entreprise au niveau des standards internationaux.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)