Algérie

Sétif Le secteur des bâtiments, la caisse de chômage et sa gestion


La caisse nationale des congés payés et du chômage  intempéries du bâtiment, des travaux publics et de l'hydraulique (CACOBATPH) vient de lancer, officiellement, son nouveau produit informatique qui assurera l'automatisation du système des déclarations annuelles des salaires. Lors d'une journée formation-information tenue dernièrement, le directeur régional de la CACOBATPH, M. Lamine a tenu à préciser que l'investissement de son institution dans les NTIC, vise à mener à terme le processus de modernisation des structures de la CACOBATPH de son système de gestion engagé dans le cadre de sa nouvelle stratégie de modernisation et d'expansion. Désormais, la déclaration annuelle des salaires se fera via le support informatique offrant, ainsi, plus de souplesse et de facilités dans les opérations de déclaration diverses d'une part et une possibilité d'un contrôle fiable et plus approprié. Ainsi, cet organisme de protection sociale vient d'assurer un véritable bond en matière de gestion après avoir achevé les dernières retouches portant modernisation de ses structures, notamment, avec la mise en service du siège de la nouvelle direction générale. Un chef-d'oeuvre architectural de haute gamme. A ce sujet, le responsable régional a tenu à rappeler que l'édification du nouveau siège concourt à donner à son institution l'image de marque qui lui sied d'autant qu'elle reflète la position, désormais, honorable de la classe prolétaire créatrice de richesses et noyau central du développement. Lors de ce regroupement, le directeur régional et après avoir mis l'accent sur l'importance de son organisme en tant que partenaire social d'une couche ouvrière, de plus en plus, grandissante et sur la position de la CACOBATPH parmi le tissu des institutions de l'Etat, a doublement insisté sur le rôle protecteur qui détermine le coeur palpitant de l'action de son organisme. Rappelant les missions de la CACOBATPH axées, entre autres, sur la contribution à la création d'oeuvres sociales destinées aux travailleurs de son domaine de compétence et à leurs ayant droits et les recouvrements des cotisations prévues par la législation et la règlementation en vigueur ainsi que l'information des bénéficiaires et de leurs employeurs, M. M. Lamine dira: «nous représentons la structure légale qui joue le double rôle social et organisationnel se consacrant, en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés et des règlements définis par les lois de la République, à protéger les droits inaliénables de la masse des ouvriers dont la profession demeure caractérisée par ses aspects spécifiques» et d'ajouter, qu'en effet, «les travailleurs du secteur du bâtiment, des travaux publics et de l'hydraulique sont assujettis à ce caractère d'instabilité professionnelle liée à des conjonctures de disponibilité et de dimension de chantiers et encore plus du facteur des délais d'activité de ces mêmes chantiers. D'où l'importance que revêt la nécessité de prendre en charge cette couche de salariés». Pour le directeur régional, la conjoncture favorable actuelle du pays à la faveur du lancement de nombreux chantiers sur le terrain, est de ces impératifs qui ont permis de mettre de l'huile dans les rouages de la machine économique et que cette mue devrait profiter à cette couche prolétaire. «Nous prendrons en charge financièrement la masse ouvrière pendant les durées de chômage nées des transitions d'un chantier à un autre. Autrement dit, nous permettons aux intéressés de récupérer leurs forces, gage de leur recrutement», devait-il affirmer. Et d'expliquer que  l'automatisation de l'acte de gestion permet l'exploitation de données fiables, exactes et utilisables pour chaque entreprise. Par ce biais, nous visons, entre autre, à éviter à nos partenaires les retards en terme de dépôt des déclarations et ainsi à leur épargner les pénalités conséquentes. Ce logiciel que nos partenaires peuvent, désormais, télécharger depuis le site de notre organisme contribue, par ailleurs, à conférer aux employeurs un outil de gestion apte à assurer une organisation au sein de leurs entreprises», dira M. Lamine et d'enchaîner «il est clair que le niveau de compétitivité de chaque entreprise, voire sa survie, dépend de sa place et son mode de gestion. Il est question de s'adapter ou tout simplement de disparaître, dira-t-il en substance. A noter que, lors de ce regroupement, des entreprises privées et publiques venues des 4 wilayas: Sétif, Béjaïa, BBA, M'sila, et Jijel y étaient présentes.

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)