Algérie

Risques énergétiques et industriels : Blida sur une zone rouge Blida : les autres articles

La transgression des périmètres de servitude (sécurité) des installations technologiques à haut risque, comme les ouvrages de transport et de stockage de gaz sous haute pression, continue à Blida.
«Si nous arrivons à maîtriser la majeure partie des problèmes techniques inhérents à la gestion des ouvrages de transport et de stockage de gaz sous haute pression, l'urbanisation effrénée devant des périmètres de sécurité des pipes de 8 à 10 pouces rend, par contre, l'intervention très difficile en cas d'accident majeur», affirme, M. Alliche, chef d'unité régionale de canalisations GPL, intervenant lors des Journées de sensibilisation sur les risques énergétiques et industriels, organisées récemment à l'école technique de Blida par les directions de l'énergie et des mines et celle de l'industrie de la PME et de la promotion de l'investissement. Projetant des images satellites, l'intervenant s'est attardé sur le cas du plan de segment du pipe GPL de 10 pouces reliant la station 3 (poste 3) de Beni Hamdan, au terminal arrivée à Beni Tamou (Blida).
«Un seul point de transgression devant un pipe peut provoquer une réaction en chaîne tout au long du tracé, mettant en danger des populations se trouvant à des dizaines de kilomètres du lieu de l'accident», prévient-il. Selon les chiffres avancés, les agressions des tiers (habitations, travaux de pelleteuses'), représentent 80% alors que les catastrophes naturelles (séismes, inondations') ne représentent que 1% des risques d'accidents.
La rigueur et l'intransigeance en matière de respect strict des normes de sécurité en interne et par rapport aux voisinages où les riverains peuvent être directement impactés est plus qu'une nécessité au vu de l'ampleur des catastrophes en cas d'une quelconque défaillance, surtout dans les zones de stockage des grandes sphères de GPL. A Blida, on compte deux zones de stockage de GPL, Ben Boulaïd et La Chiffa.
Ces deux sites ne sont pas très éloignés des zones d'habitation. Il s'agit de la zone de stockage n°01 (BU1 et BU2) d'une capacité de 100 m3 chacune et de la zone de stockage n°2 comportant deux sphères de capacité 2000 m3 chacune et 4 cigares de 100 m3 /h. Les seuils des effets thermiques constatés pour la zone n°1 sont : effet létaux à 407,14 m où 1% de la population trouvera la mort alors qu'à 488,71 m, 1% de la population aura des brûlures significative. Pour la zone n°2, les effets létaux se constatent à 1170,57 m, alors que les brûlures significatives sont notées à 1336,97 m.
Le taux de risque, note l'intervenant, est proportionnel à la densité de population et est 10 fois plus important dans la zone de la Mitidja qu'à Médéa ou à Hassi Messaoud.Ces chiffres ont fait réagir plus d'un, sachant que de consensus, l'on est d'accord pour dire que la réalité du terrain ne reflète pas la consistance des textes promulgués en matière d'aménagement du territoire, de prévention des risques majeurs et de la gestion des catastrophes.
Dans ce sens, une loi décrétée en 2004 portant sur la prévention des risques majeurs et la gestion des catastrophes dans le cadre du développement durable, n'a vu son décret exécutif qu'en 2009 alors qu'un arrêté de ladite loi n'a vu le jour qu'en 2010 ! Dans un autre sens, le risque industriel se trouve aussi accru par le manque d'organisation en interne dans les entités économiques. Alors que le Plan d'intervention interne est exigé conformément au décret 09-335, la plupart des entreprises ne l'établissent pas ou ne l'actualisent que rarement. Cette défaillance peut, par l'effet domino, générer des catastrophes majeures aux conséquences incontrôlables dans l'entreprise défaillante et sur les voisinages, laisse-t-on entendre.
«96% des accidents sont dus au facteur humain et 4 seulement à l'équipement», prévient le P-DG de la cimenterie de Meftah, recommandant par la même occasion l'adoption par les entreprises d'un système de management intégré (SMI) englobant à la fois, sécurité, santé et qualité. Si l'on n'est pas tout à fait prêt à faire face aux risques majeurs, les participants à cet événement recommandent le contrôle de l'urbanisation sauvage à proximité des zones industrielles et l'installation d'un comité pluridisciplinaire pour l'inventaire, l'évaluation et la cartographie des dangers au voisinage des ouvrages à haut risque.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)