Algérie

Rentrée de la formation professionnelle De nouvelles exigences s'imposent

Rentrée de la formation professionnelle De nouvelles exigences s'imposent
Décision - La rentrée de la formation professionnelle 2012-13 sera marquée cette année par l'adaptation des spécialités avec les besoins économiques du pays, a affirmé Mohamed Mebarki.
Le coup d'envoi de la rentrée a été donné hier par le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels en présence du directeur de la formation de la wilaya d'Alger. Lors de son intervention en marge de sa visite effectuée au niveau de trois centres de formation (Rouiba garçons, Oued Smar et Bir Mourad Raïs), le ministre a tenu à préciser que «conformément aux nouvelles orientations du nouveau gouvernement, il a été décidé cette année d'améliorer la qualité de la formation ainsi que les services publics, et ce, à travers la modernisation des outils de travail et des équipements, l'élargissement et l'actualisation des programmes pédagogiques, le perfectionnement des formateurs et enfin l'adaptation des filières de la formation avec les exigences réelles du marché national.
«Les wilayas ont été instruites pour adapter les spécialités avec les demandes nationales», a signalé le ministre avant de souligner que 212 nouvelles spécialités (résidentielles, d'apprentissage, à distance ou en cours du soir) sont proposées cette année aux 360 000 nouveaux élèves stagiaires et apprentis attendus à la rentrée.
Il a rappelé que les 250 000 anciens stagiaires ont repris leurs cours le 9 septembre dernier, ce qui porte à 610 000 le nombre total des stagiaires inscrits pour cette rentrée.
Interrogé sur certaines spécialités qui restent jusqu'a présent méconnues par les jeunes qui n'ont pas eu la chance de poursuivre leurs études, le ministre, dira que le secteur de la formation «mérite d'être reconnu à sa juste valeur à travers les offres ouvertes aux jeunes désireux d'apprendre un métier pour s'intégrer dans le monde du travail».
Le premier responsable du secteur a appelé, en effet, à la réhabilitation du secteur, précisant, que ce dernier «constitue pleinement l'un des principaux axes des segments du système éducatif». Le secteur doit jouer pleinement son rôle pour répondre aux besoins du développement économique», a-t-il encore ajouté. En réponse à la question liée à l'insertion des jeunes ayant le niveau de 4e année moyenne ou les sans niveau, le ministre a tenu à rappeler les mesures de facilitation mises en place pour attirer le plus grand nombre possible de jeunes dont le niveau scolaire ne dépasse pas la 4e année moyenne.
Précisant que 80 nouvelles spécialités ont été ouvertes à leur profit. Sur le déficit en matière de certains petits métiers tels que la plomberie, le ministre a reconnu, toutefois qu'il y a un véritable manque d'information en direction des jeunes. «Il est vrai qu'il y a un désintérêt de tout ce qui se fait manuellement, mais il n'en demeure pas moins, que la communication reste insuffisante. Il est de notre ressort d'inciter les jeunes à aller vers ces métiers.».
Il est important de signaler que cette session verra l'ouverture de 32 nouveaux établissements : 4 instituts spécialisés et 28 centres de formation dont 12 pourvus d'internats d'une capacité de 1 000 lits.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)