Algérie

Renouvellement partiel du sénat à Tizi-Ouzou

Les grands électeurs divisés A moins de deux semaines du renouvellement partiel du Conseil de la nation, les candidats à la candidature semblent être pris d’une fébrilité incompréhensible dans la wilaya de Tizi Ouzou. Tout le monde fait en sorte que son nom figure sur les listes des candidats retenus par les partis, puis l’on prie pour que les choses bougent de manière à ce que le pactole tombe dans la poche. On essaie de « soudoyer « - et le terme n’est pas fort - les élus des autres partis, espérant que l’amitié, vieille ou récente, se montre à « la hauteur des attentes «. Les gens du RND espèrent ainsi que ceux du RCD votent pour leur candidat ; l’inverse est également vrai. Seul le FLN semble en mauvaise posture : sa candidate étant la plus mal aimée du lot. Pourquoi, alors, les militants ont-ils voté pour elle lors des primaires ? Mystère ! La dame en question, directrice d’école de formation, montre une certaine confiance par la bouche de son époux qui déclare: « On nous a promis que tous les élus de la région sud de la wilaya voteront pour elle «. Dans le feu de l’action, on oublie les appartenances partisanes, on balaie les différences idéologiques et l’on ramène tout à l’individu.Pourquoi aller au Conseil de la nation ? A t-on demandé au mari de la dame qui semble être son porte-parole. « Là-bas, elle travaillera pour la région ; elle sait ce qui manque ici et elle promet de tout faire pour que cette région soit enfin au diapason «. Et voilà ! On ne sait même pas ce qu’est le Conseil de la nation que l’on confond avec une APC ou, à la limite, avec une APW. Les autres concurrents en savent-ils plus ? C’est peu probable ! Le FFS a été bien inspiré par le boycott car, il faut le dire, les candidats alignés aussi bien par ce parti que par les autres donnent à penser qu’il n’en est rien ou presque. Du lot surnage cependant le candidat du RCD, un ancien professeur de lycée qui a assuré, durant deux mandats, la présidence de l’APC de Mekla. Le RND, lui, fait confiance à un ancien responsable de la direction de l’Education qui n’a jamais été un aigle en matière politique. Toujours est-il que ces élections, qui verront une partie importante des grands électeurs bouder l’urne par discipline partisane, ne seront pas une partie de plaisir pour les candidats car, mis à part le RCD qui donne une image d’une force unie derrière son candidat, les autres partis, tous les autres, semblent fort divisés. La Kabylie qui semble avoir d’autres chats à fouetter, ne s’intéresse que de très loin à ce rendez-vous électoral, et ce 28 décembre sera pour la majeure partie de la population un jour comme un autre. En fait, l’approche de l’Aïd, avec ses dépenses et le mouton à acheter, éclipse tous les autres événements.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)