Algérie

Projet MEDA II Les chefs d'établissements scolaires en formation


La troisième session de formation des chefs d'établissements primaires et moyens de la wilaya d'Oran, dans le cadre du projet MEDA II, s'est ouverte, hier, au lycée Allal Sidi Mohamed (ex-Lycée technique de jeunes filles). Un groupe de formateurs de l'Union européenne conduit par l'expert international, Robert Peres, est depuis hier à Oran pour encadrer les chefs d'établissements et leur prêter une assistance technique en vue d'élaborer «un pré-projet de gestion collective de nos établissements scolaires». Selon Robert Peres, cette troisième session, qui s'étalera jusqu'au 5 décembre prochain, sera consacrée essentiellement à l'examen des «productions» faites par les directeurs d'écoles en vue d'améliorer la gestion administrative, mais surtout pédagogique des établissements. «Si on veut améliorer la qualité de l'enseignement, on doit travailler à tous les niveaux et c'est seulement quand on travaille sur le collectif qu'on obtient un changement de la qualité pédagogique», affirme cet expert européen. Cette gestion collective et interactive de l'école exige, en effet, le concours de tous les intervenants: directeurs, enseignants, personnel d'encadrement, élèves, parents d'élèves, entre autres. Pour Robert Peres, les deux dernières sessions de formation ont permis de faire un «diagnostic» des difficultés que rencontrent les chefs d'établissements confinés, à ce jour, dans le rôle d'exécuteurs de «la lourde gestion administrative» au détriment de leur mission pédagogique. Pour notre expert, le chef d'établissement doit remplir le rôle de coordinateur actif entre les différents intervenants dans le processus de l'enseignement. On ne propose pas ainsi un modèle à suivre. Chaque établissement ayant ses spécificités interactives et conversationnelles et tout doit être axé sur l'élève qui est l'élément central. C'est l'idée-force que les formateurs de l'Union européenne veulent transmettre à travers ces cycles de formation dans le cadre du projet Meda II, d'appui à la réforme du système scolaire, qui concerne 10 wilayas et s'étale sur 5 ans, de 2005 à 2010. Parmi les objectifs assignés au programme «Meda 2», figurent le soutien à la réforme du système éducatif, l'accompagnement de la formation des formateurs, la refonte des méthodes d'évaluation et d'orientation, la promotion du concept de management dans la gestion des établissements éducatifs et la valorisation de l'esprit d'initiative, dans le cadre des lois pour dépasser les embûches qui peuvent entraver l'action des responsables des structures éducatives. L'Algérie fait partie des pays signataires du protocole d'accord du projet Meda, principal instrument financier de l'Union européenne au service du partenariat euro-méditerranéen. Ce projet prévoit des mesures d'accompagnement financières et techniques pour la réforme des structures économiques et sociales des partenaires méditerranéens de l'UE, dont l'Algérie qui a bénéficié d'une enveloppe budgétaire de 20 millions d'euros dans le cadre du projet Meda II.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)
bonjoure monisier stangoli de la par de moniser keddi mouloude tamanrasset
keddi mouloud - sami - tamanrasset
16/01/2008 - 799

Commentaires