Algérie

Poursuite des appels internationaux à l'arrêt de la dangereuse escalade israélienne

Poursuite des appels internationaux à l'arrêt de la dangereuse escalade israélienne
La communauté internationale a poursuivi mercredi ses appels à l'arrêt de la dangereuse escalade israélienne en Palestine, en condamnant dans les termes les plus forts la mort d'innocents dans une série de bombardements aériens contre la bande de Ghaza.Condamnant cette agression «barbare» et le meurtre d'innocents, l'Iran a appelé «les Etats islamiques et arabes ainsi que les organisations des droits de l'Homme a une réaction urgente en vue de stopper l'agression». L'Iran a en outre déclaré que «les atrocités commises par le régime israélien sont similaires à celles commises par les terroristes en Irak et en Syrie», selon la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Marzia al Afkham.Par ailleurs, le porte-parole de la présidence égyptienne a indiqué que des contacts étaient en cours entre Le Caire et les parties concernées actives, «pour éviter au peuple palestinien de subir les conséquences graves des opérations militaires israéliennes», et afin de «pousser Israël à assumer la responsabilité totale de la sécurité des citoyens palestiniens en tant que force occupante, et ce en vertu des quatre accords de Genève et les règles du droit international». La veille, la Jordanie a appelé Israël à «cesser toute forme d'escalade» et la communauté internationale à «intervenir activement pour stopper l'agression israélienne», selon un communiqué du porte-parole du gouvernement, Mohammad Momani. Ces actions israéliennes, a indiqué M. Momani, «violent le droit international et font obstruction aux efforts de paix dans la région». La Turquie a également demandé à Israël «d'arrêter immédiatement ses attaques» et à la communauté internationale et plus particulièrement aux Nations unies de réagir et de mettre en garde l'Etat hébreu afin qu'il abandonne sa politique de «punition collective» visant les Palestiniens. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'était pour sa part déclaré «extrêmement inquiet de l'escalade dangereuse» de la situation à Ghaza, affirmant qu'«il est essentiel de rétablir le calme». Il a réitéré son appel à tous les protagonistes afin qu'ils «exercent le maximum de retenue et évitent de nouvelles pertes civiles et une déstabilisation générale», estimant que «la situation à Ghaza, qui ne peut pas durer ainsi, devra aussi être traitée dans ses dimensions politique, sécuritaire, humanitaire dans le cadre d'une solution globale». De son cèté, le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Al Arabi a appelé le Conseil de sécurité des Nations unies à prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à l'agression israélienne contre la bande de Ghaza, tout en poursuivant ses concertations avec le président palestinien, Mahmoud Abbas et les ministres arabes des Affaires étrangères. Il a exprimé sa «profonde» préoccupation à l'égard de cette escalade israélienne dangereuse des opérations militaires contre Ghaza, mettant en garde contre les retombées sur la situation humanitaire de la population de Ghaza.Devant l'ampleur des pertes en vies humaines et des destructions causées par l'offensive israélienne dans la bande de Ghaza, l'Algérie a par le biais d'un communiqué du ministère des Affaires étrangères mardi, considéré que «ces attaques féroces n'auraient jamais atteint une telle ampleur d'intimidation des Palestiniens et de restriction des libertés sans le silence coupable de la communauté internationale qui encourage l'occupation à poursuivre sa politique arbitraire, expansionniste et criminelle». L'Algérie appelle avec «instance» tous les Etats et organisations internationales auxquels incombe la responsabilité de protéger les terres et le peuple palestinien de l'oppression israélienne à «agir afin d'imposer le respect des règles et principes du droit international et humanitaire en particulier la 4e Convention de Genève et touts les instruments juridiques internationaux y afférents qui garantissent au peuple palestinien sans défense le droit de vivre en sécurité».Selon le dernier bilan des services d'ugences de Ghaza, 32 Palestiniens, dont des femmes et des enfants, sont tombés en martyrs et plus de 200 autres ont été blessés alors que plusieurs maisons ont été détruites depuis le début dans la nuit de lundi à mardi, d'une série de frappes aériennes israéliennes norturnes contre Ghaza.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)