Algérie - Météo, Climatologie et phénomènes naturels

Planète - En Amérique du Sud, la vie bouleversée par le manque d’eau

Planète - En Amérique du Sud, la vie bouleversée par le manque d’eau


L’état d’urgence hydrique est en vigueur depuis deux mois dans certaines régions du Brésil, de l’Argentine et au Paraguay. Pêche à l’arrêt, insécurité alimentaire, coupures d’électricité pour cause de barrages en berne, exports freinés... Cette sécheresse historique bouleverse le quotidien.

São Paulo (Brésil), correspondance

En ce début de printemps austral, les agriculteurs du centre-ouest brésilien attendent désespérément les premières pluies. Ces derniers jours, d’impressionnantes tempêtes de poussière ont balayé la région. Elles ont soulevé à plus d’un kilomètre de hauteur la terre asséchée et la suie des graves incendies qui ont touché ces régions en août et en septembre. Ce phénomène rarissime rappelle celui du «Dust bowl», un «bassin de poussière» qui poussa 3,5 millions d’Américains à fuir le Midwest dans les années 1930. Comme les fermiers des Grandes Plaines à l’époque, les producteurs de canne à sucre brésiliens ont l’habitude de pratiquer le surlabourage, laissant une couche de terre friable en proie aux vents. L’Amérique latine subit de plein fouet un sévère manque d’eau. Dans certaines régions du Brésil, de l’Argentine et au Paraguay, l’état d’urgence hydrique a été déclaré [1].

En plus de la sécheresse, les champs de café, de canne à sucre, et d’oranges, dont le Brésil est le premier producteur mondial, ont subi des gelées en juin et en juillet, puis des incendies en août et en septembre. Les mauvaises récoltes aggravent l’inflation, alors que 19 millions de personnes souffrent de la faim. Le prix du sucre a bondi de 27 % en six mois.

- Le commerce fluvial et la production d’électricité au ralenti

Le niveau du fleuve Paraná, artère économique régionale, est en baisse depuis 2019. Certaines portions du fleuve et de ses affluents ne sont plus navigables depuis le mois d’août. La production agricole destinée à l’exportation, en particulier le soja, doit donc être transportée par voie terrestre vers les ports de Buenos Aires, Montevideo et Santos. Le Paraguay, sans accès à la mer, dépend à 96 % des voies fluviales pour ces exportations. Les autorités y envisagent le recours à des explosifs pour creuser le lit du fleuve Paraguay, afin d’éviter une paralysie du commerce extérieur lors des prochaines décrues.

80 % des exportations de l’Argentine sont aussi transportées par voie fluviale. Dans le bassin du Paraná, trois mille familles survivent d’aides octroyées par le gouvernement pour compenser l’interdiction de la pêche en eau douce à cause de la sécheresse. Au Brésil, les barrages hydroélectriques fonctionnent au ralenti et le risque de coupures totales pendant les pics de consommation pourrait pousser le gouvernement à rationner le courant d’ici à la fin de l’année.

Le phénomène climatique La Niña — pendant opposé de El Niño — assèche le climat au printemps et en été dans le sud-est du continent. Il a été particulièrement marqué l’an dernier et le déficit de précipitations s’est accumulé pendant l’hiver, toujours sec dans ces régions non littorales.

- Deux millions d’habitants soumis à un rationnement de l’eau courante

«Cela explique la sécheresse météorologique», dit à Reporterre Christopher Carlos Cunningham, du Centre brésilien d’alerte et d’observation des désastres naturels. «Mais quand il n’y a plus d’eau dans les nappes phréatiques, on parle de sécheresse hydrologique, et le facteur de la consommation et du bon usage de l’eau entre en compte.» Dans l’État de São Paulo, premier producteur agricole du pays, au 1er octobre, deux millions d’habitants étaient soumis à un rationnement de l’eau courante. Un nouveau cycle de La Niña est attendu pendant la saison humide. «Si les nappes ne sont pas suffisamment rechargées, nous allons vivre la même sécheresse à l’hiver 2022», prévient le météorologue.

«La déforestation en Amazonie réduit le flux de vapeur d’eau vers le centre du Brésil et l’usage du sol par l’agriculture altère le cycle hydrologique du Cerrado, où naissent la plupart des fleuves brésiliens», pointe le physicien Paulo Artaxo. Il a participé à l’élaboration du dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), qui prévoit un assèchement du sol dans toute la région centrale de l’Amérique du Sud.


Notes

[1] L’état d’urgence recouvre différentes réalités selon les pays. Au Brésil, il permet aux entreprises qui distribuent l’eau de mettre en place des systèmes de rationnement. Au Paraguay, il s’agit d’une interdiction de la navigation fluviale, et en Argentine, le décret mobilise simplement tous les ministères et un fonds d’urgence a été mis en place.



Photo: Confluent entre les fleuves Paraná et Paraguay à Itati, dans la province de Corrientes en Argentine - Twitter/LuisMartínez Ambientalista

Pierre Le Duff (Reporterre)





C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.

Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques:

. celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.

. celui de l’ouverture: tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que l’information est un bien public, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Son accès ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.

. celui de la cohérence: Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique: totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.

Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)