Algérie

Peine capitale pour un terroriste en cavale


Peine capitale pour un terroriste en cavale
Pas moins de 12 mis en cause (dont trois en fuite) dans l'assassinat, en décembre 2014, du président de l'APC de la commune de Bordj El Emir Abdelkader (wilaya de Tissemsilt) ont été jugés, avant-hier, par le tribunal criminel de la cour d'Oran pour «homicide volontaire avec préméditation», «complicité d'homicide» et «appartenance à des groupes terroristes».Suite aux plaidoiries de la défense qui a plaidé la non-culpabilité de ses mandants, expliquant qu'aucune preuve tangible n'a été retenue contre eux, le verdict est tombé, avant-hier en fin d'après-midi. L'auteur du crime, encore en fuite, a été condamné à la peine capitale par contumace et le gérant de la ferme, complice du terroriste, à la perpétuité. Le troisième mis en cause a écopé de 20 ans de réclusion alors que 4 autres accusés à 10 ans de réclusion criminelle.Deux autres encore devront purger 4 ans de prison ferme tandis qu'un seul a été acquitté. Pour rappel, Chelghoum Benyoucef, le P/APC de la commune de Bordj El Emir Abdelkader (wilaya de Tissemsilt) a été victime d'un lâche assassinat au niveau de sa ferme qui se trouve dans cette même commune. Alertés, les gendarmes se rendront sur le lieu du crime pour découvrir la dépouille de la victime abattue par balles puis égorgée. Le couteau ayant servi à l'acte immonde a été retrouvé près de la dépouille.Les premiers éléments de l'enquête concluront qu'il s'agit d'un acte terroriste. Le dénommé T.B. a été accusé comme étant l'auteur des faits. Le gérant de la ferme appartenant à la victime, le dénommé Benchaoula Ahmed, est considéré complice dans ce crime. De ce fait, il a lui aussi répondu aux griefs d'appartenance à des groupes terroristes. C'est, en effet, ce dernier qui a tendu un piège à la victime lui demandant de venir en urgence car des moutons de son élevage sont malades.Arrêté, le gérant donnera sa propre version des faits affirmant qu'il n'a jamais tendu de guet-apens à la victime. Selon les investigations des gendarmes, d'autres mis en cause sont cités. Le dénommé H.M.répondant aux griefs d'appartenance à groupes terroristes et d'aides logistiques apportées à ces derniers, niera les faits. La perquisition opérée au niveau de son domicile, en cours de construction, a permis aux gendarmes de saisir des jumelles et une boussole.Concernant le premier appareil, l'accusé dira que son cousin, un ancien militaire décédé, les lui avait données. Quant à la boussole, il reconnaîtra qu'elle lui appartient. Le quatrième prévenu dans cette affaire, Djamil.S., dira connaitre T.B. qui faisait partie des groupes terroristes sévissant dans cette région et, à ses dires, c'est plus d'une fois qu'il lui a demandé de les rejoindre, avant d'ajouter qu'il l'avait croisé quelques jours après l'assassinat du P/APC au niveau de la localité de Boukabouse. Un autre prévenu dans cette affaire ne niera pas son contact avec T.B. et dira que c'est au niveau de la maison en construction que les rendez-vous entre les éléments de ce groupe se tenaient.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)