Algérie - Maladies et parasites agricoles

Oléiculture à Bordj Bou Arréridj: Des nuées de grives menacent les récoltes


Oléiculture à Bordj Bou Arréridj:  Des nuées de grives menacent les récoltes




Volant par milliers, les grives ratissent les régions montagneuses pour atterrir sur des oliveraies avant de les ravager, infligeant ainsi d’importantes pertes aux producteurs.

Fuyant le froid glacial de l’hémisphère nord du globe, de gigantesques nuées de grives déferlent sur la région pour menacer les récoltes oléicoles.

Du jamais vu, de l’avis de certains qui expliquent le phénomène par la cueillette précoce des olives sous l’effet de la sécheresse qui a marqué la saison.Volant par milliers, les grives ratissent les régions montagneuses pour atterrir sur des oliveraies avant de les ravager, infligeant ainsi d’importantes pertes aux producteurs.

«Autrefois, on dressait des épouvantails pour faire fuir les grives et les merles, mais aussi on tendait des pièges et des trappes pour capturer les plus récalcitrants parmi ces turdidés et en nourrir des familles. Autrement dit d’une pierre, deux coups. Mais de nos jours, les jeunes ne connaissent même pas ce qu’est un épouvantail et à quoi cela sert, et encore moins tendre un piège», nous dit-on.

À la menace de la grive s’ajoutent les aléas climatiques (sécheresse, incendies, grêle...) pour faire subir à la production oléicole un coup dur qui se répercutera certainement sur le prix du litre d’huile déjà exorbitant à 800 dinars.

Par ailleurs, selon les services de la DSA, l’objectif attendu cette année est de 154.600 quintaux, et chaque quintal donnera une moyenne de 15 litres d’huile, ce qui totalise une récolte estimée à 20.000 hectolitres d’huile et 133.349 qx d’olives de table.

Alors que la cueillette des olives n’est qu’à ces débuts, et elle peut s’étaler jusqu’au mois de mars, la quantité récoltée au niveau de la wilaya de Bordj Bou Arréridj s’estime, selon un bilan arrêté au mois de novembre 2016, à 61.977 qx, soit 9.168 qx d’olives de table et 52.809 qx d’olives d’huile qui a donné 23.939 hl, soit un rendement moyen de 16 litres par quintal. Une légère baisse par rapport à la récolte précédente où l’on a cueilli 162.010 quintaux.

L’oléiculture occupe une place prépondérante dans la wilaya qui compte une superficie de 26.478 ha dont 18.812 ha en rapport avec 2.469.205 oliviers cultivés.

À la tête du classement en termes de production oléicole, les subdivisions de Medjana et Mansoura, dans la région nord, proche du climat sublittoral avec une production plus importante par rapport à la région sud, au climat semi-aride, donc gourmande en eau pour l’irrigation des oliviers, selon B. Saadi,chef du service des statistiques à la DSA.

Qui dit oléiculture dit huilerie. La région des Bibans compte 62 huileries, réparties comme suit: 9 huileries automatiques, 34 semi-automatiques et 19 traditionnelles. Mais le consommateur a tendance à opter pour le côté rustique en privilégiant l’huile produite dans des huileries traditionnelles où les olives sont broyées par des cylindres dans des cuves en granit, et pressée dans des éscourtins à la force des bras de l’homme.


Photo: Les méfaits des oiseaux s’ajoutent aux aléas climatiques

M. Allouache





Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)