Algérie

Monique Cerisier Ben Guiga, sénatrice française à propos de Palestine: «On s'éloigne d'une solution durable»

Approchée vendredi en marge de la rencontre tenue à Oran de l'Association démocratique des Français de l'étranger (ADFE) sur la situation au Moyen-Orient et les perspectives de paix, Monique Cerisier Ben Guiga, sénatrice PS et présidente du groupe d'étude sur la Palestine au Sénat français, a estimé que son constat après les visites régulières qu'elle effectue en Israël et dans les territoires palestiniens «est que l'on s'éloigne d'une solution durable dans cette région». Chargée par le Sénat de l'établissement d'un rapport sur la situation au Moyen-Orient en compagnie de l'ancien ministre français des Affaires étrangères François Poncet, Mme Ben Guiga a estimé «que les chances de la conclusion d'un accord de paix entre les parties en conflit n'existent plus en raison de la poursuite de la politique de colonisation dans les territoires palestiniens de Cisjordanie». De ce fait, explique la sénatrice, l'espace territorial sur lequel devra s'ériger un Etat palestinien n'existe plus. A cela s'ajoute la poursuite du blocus sur Ghaza et dont la reconstruction est actuellement impossible notamment avec l'avènement du gouvernement de Netanyahu.

Cette situation est aggravée, selon notre interlocutrice, par le conflit inter-palestinien, entre le Fatah et le Hamas. «Cette crise interne donne un argument supplémentaire pour Tel-Aviv pour refuser toute solution», ajoute la sénatrice.

Sur la situation à Ghaza, Mme Ben Guiga a souligné que «l'activité informelle, autrement dit la contrebande via les tunnels, a pris des proportions inquiétantes et ce en raison de l'anéantissement durant les bombardements israéliens de janvier dernier de toute l'infrastructure économique à Ghaza». Et d'ajouter: «Ainsi, les usines et les ateliers ont été détruits et les habitants se sont retrouvés sans emploi. La population locale est devenue dépendante de l'aide humanitaire». Sur les séquelles de l'agression israélienne, la sénatrice a rappelé que même les hôpitaux, au nombre de 10, ont été touchés avec un seul but d'Israël: terroriser la population.

Au sujet des institutions internationales ciblées lors des bombardements comme c'était le cas des dépôts de l'UNWRA qui contenaient des vivres et des médicaments attaqués au phosphore et qui ont fait réagir le secrétaire général de l'ONU qui déclarait à chaud que l'organisation internationale allait déposer une plainte contre Israël, Mme Ben Guiga s'est montrée pessimiste étant donné que toutes les tentatives d'enquêtes ont échoué en raison des blocages de Tel-Aviv. En revanche, seules quelques associations israéliennes ont jusqu'à présent entrepris quelques enquêtes notamment auprès des soldats pour délimiter la nature des massacres ainsi que les cibles choisies.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)