Algérie

Lutte antiterroriste: Du matériel militaire algérien pour le Mali

Une importante aide militaire algérienne pour le Mali est en cours d'acheminement, a annoncé lundi à Bamako une source militaire malienne. Cette aide militaire, qui entre dans le cadre de la coopération militaire entre les armées des deux pays, comprend notamment du matériel et de l'armement, selon une source proche de l'état-major malien. «Cette aide est variée, elle comprend du carburant pour nos troupes, des sacs de couchage pour les opérations spéciales, et même de l'armement», précise cette source, qui n'a pas donné plus de détails, mais qui a confirmé qu'une partie du matériel est déjà arrivée. «Nous attendons au total cinq rotations d'avions algériens transportant cette aide militaire», a déclaré à l'agence de presse française (AFP) une source militaire à l'aéroport de Bamako.

Le Mali et l'Algérie, qui ont renforcé leur coopération multisectorielle, ont également scellé une coopération dans le domaine militaire, principalement en matière de lutte contre les réseaux terroristes, notamment la branche Al-Qaïda au Maghreb. La dernière visite à Alger du ministre malien de la Défense, Natié Plea, avait en fait pour finalité de renforcer la coopération militaire entre Alger et Bamako, engagés dans la lutte contre le terrorisme, le grand banditisme, le trafic de drogue et les réseaux de passeurs d'immigrants clandestins. Mais, également et surtout dans la gestion de la question touarègue, qui empoisonne les relations entre le pouvoir central à Bamako et les ethnies touarègues du Nord-Mali. C'est ainsi qu'Alger a joué un rôle capital dans la mise en place d'accords globaux pour la fin de la sédition touarègue dans le Nord-Mali, où une paix fragile mais réelle est observée depuis le mois de janvier dernier.

Avec l'application des accords d'Alger, une bonne partie des troupes qui avaient rejoint le dissident Ibrahim Ag Bahanga, avait déposé les armes fin mars, pour rejoindre les rangs de ceux qui ont choisi de quitter la rébellion.

Car l'instabilité dans cette partie sensible du Mali, proche des frontières algériennes, était de nature à produire tous les risques potentiels d'apparition de poches et de groupes armés, autant les groupes terroristes qui y trouveraient un terreau propice pour leurs actions, que la rébellion locale qui serait dans son élément. Et, pour lutter contre ces groupes disparates, très mobiles et armés, l'Algérie et le Mali sont devant l'obligation de joindre leurs efforts. Autant en matériel et armement qu'en hommes pour sécuriser cette partie de l'Afrique.

Du reste, des brigades mixtes algéro-maliennes patrouillent déjà dans cette vaste région, le long des 1.340 km de frontière commune entre les deux pays.

Le ministre malien de la Défense s'était déjà entretenu lors de sa visite à Alger avec les responsables militaires algériens, dont le général Abdelmalek Guenaïzia. La sécurisation de la région de Kidal au Nord-mali et la lutte contre les groupes terroristes d'Al-Qaïda réfugiés dans cette région imposent aux deux pays une coopération plus étroite. D'autant que ni l'Algérie ni le Mali ne veulent laisser le moindre pouce de marge de manoeuvre, dans cette région, aux bandes armées, quelle que soit leur nature. L'acheminement de matériel militaire algérien au Mali intervient, enfin, à quelques jours de l'arrestation au Nord-Mali de quatre présumés terroristes, dont un de nationalité algérienne qui serait proche d'un des chefs d'Al-Qaïda au Maghreb, qui a kidnappé plusieurs touristes européens dans la région.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)