Algérie

Les dettes atteindraient 5 milliards en décembre !

C'est à croire que le club en est abonné ! Après avoir réglé dans la douleur sa situation conflictuelle avec la chambre de résolution des litiges après que des anciens pensionnaires de son équipe-fanion l'eurent saisie pour réclamer leurs salaires impayés, le Mouloudia d'Oran sait, dès maintenant, qu'il sera interdit de recrutement au prochain mercato hivernal en raison de nouvelles plaintes déposées tout récemment.Berradja et Bourzama étaient, ainsi, les premiers à dégainer, avant d'être suivis par Zaâbiya, Larbi, Benyahia et Merbah. Les deux premiers réclament près de 1,2 milliard de centimes. Les quatre derniers exigent, chacun de son côté, quatre mois d'arriérés de salaire. Zaâbiya touchait 145 millions de centimes mensuellement au moment où Merbah émargeait à 125 unités et Larbi à 100.Lemmouchia, Yaâloui et l'entraîneur Fouad Bouali se joignent, eux aussi, à cette longue liste de créanciers qui toucheront inévitablement leurs dus car forts d'engagements contractuels non honorés. Ce n'est pas fini puisque même des joueurs qui n'ont pas quitté le club, à l'image de Belabbès, Natèche et Belarbi, attendent toujours que la direction du président Mohamed Belhadj leur verse les quatre derniers mois de salaire de la saison dernière. Cumulés, les montants réclamés par tout ce beau monde ont atteint aisément les cinq milliards de centimes que le MCO doit obligatoirement mettre sur la table sous peine de sanctions administratives et sportives.La direction mouloudéenne a, ainsi, jusqu'au mois de décembre pour éponger ses dettes. Dans un registre similaire, il est désormais quasi certain que le club phare de l'Ouest n'arrivera pas à contraindre la LFP à reconsidérer la qualification de l'attaquant ivoirien Manucho au sein du Chabab de Constantine. Cela en raison de la caducité de la lettre de libération envoyée par l'USMA et qui ne porte ni la signature ni l'empreinte digitale du joueur. Reste maintenant à savoir si le MCO de Baba parviendra à "sauver ce qui peut être sauvé en matière d'image de marque", comme le réclament les supporters, en obtenant réparation financière auprès de l'USMA après lui avoir cédé Benyahia gratuitement contre un Manucho qui n'est jamais venu.Rachid BELARBI
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)