Algérie

Les commerçants du centre-ville refusent leur déménagement

«Lentement mais sûrement», l'adage colle parfaitement aux propositions d'aménagement du centre-ville contenues dans un rapport de la commission mixte datant du 30 décembre 2008, dont les premiers balbutiements de leur application sur le terrain commencent à peine à voir le jour, laissant clairement entendre que l'initiative ira jusqu'au bout de sa logique.

Pour rappel, cet avant-projet d'aménagement du centre du chef-lieu de wilaya, qui a gardé son ancienne typologie, prévoit dans ses conclusions de transformer (ou moderniser) totalement le visage de cet espace de grande affluence populaire, notamment en dégageant la vue à travers l'élimination du chaos de la circulation piétonnière, la recomposition des espaces commerciaux, ainsi que d'autres initiatives touchant des lieux de détente par excellence, le rasage du centre culturel Med Laïd Al-Khalifa, ou encore le secteur urbain Sidi Rached (anciennement garages Citroën et Peugeot).

Ces derniers jours donc, les commerçants en activité sur la place Ahmed Bey, ainsi que les gérants de kiosques au niveau du centre-ville ont été contactés par les services du patrimoine communal qui leur ont proposé «une formule de rechange» en prévision de libérer les lieux.

La proposition en question, à travers laquelle on leur offre des locaux au sein du marché de Daksi, «a été rejetée dans le fond et dans la forme» par les concernés. Ces derniers, et devant l'intransigeance des pouvoirs publics quant à leur délocalisation de cet espace, tiennent à obtenir un meilleur dédommagement, en allant s'installer dans un horizon plus prometteur en matière de rentabilité commerciale. «Ce n'est pas normal de nous caser au marché de Daksi au même titre que les ex-commerçants informels», nous dira un commerçant parmi ceux qui ont été contactés dans le sens de cette éventualité.

Le vice-président de l'APW, M. Mezaouda, reconnaîtra que «les commerçants du centre-ville ont effectivement pris attache avec son bureau pour manifester leur opposition face à l'offre d'un transfert vers le marché de Daksi». Mais, dira-t-il, «nous leur avons demandé de faire des propositions de leur côté, lesquelles propositions seront étudiées par la commission concernée». Notre interlocuteur nous confiera dans ce sillage «qu'une rencontre est prévue la semaine prochaine entre des élus APC et APW pour étudier plusieurs points inscrits sur le registre de l'aménagement du centre-ville».

Un aménagement opéré à l'ombre de la réalisation en plein centre-ville de deux hôtels Accor, qui pourrait englober l'espace de la place Ahmed Bey, pour son utilisation comme grande entrée ou accès à l'intérieur des hôtels. Des élus insistent dans ce contexte, tout en confirmant les velléités en question, pour dire «que l'aire de la place Ahmed Bey, n'étant pas incluse dans le cahier de charges de la réalisation des deux hôtels, demeurera un espace public».


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)