Algérie

Les Chinoises

En gros, quand les Algériens étaient livrés à eux-mêmes, seuls dans un univers mononational, quand personne n?estimait intelligent de vivre ici, il y avait deux catégories de femmes osant s?aventurer en promenant son sexe dans ces terres de propriétaires mâles. D?un côté les Algériennes elles-mêmes, nées ici par hasard d?accouchements successifs, têtes toujours basses et poitrines rentrées, évoluant à la limite des forêts masculines et des clairières de prédateurs. De l?autre, les Européennes, renvoyant l?image inverse de l?Algérienne, situées dans la classe des femmes ennemies de l?histoire et adversaires dans l?approche culturelle, poussant idéologiquement l?Algérien à se situer dans une anfractuosité psychiatrique, la détestant autant que l?admirant, cherchant le modèle contraire pour sa propre femme. Dans cette dernière catégorie se situent dans l?entendement général, les Algériennes qui vivent à l?européenne, sans voile, jambes parfois nues, parole haute et libertés surveillées. Jusque-là, les camps sont établis et il n?y a pas de négociations. Puis arrivent les Chinois. D?abord sans leurs femmes, à tel point que chacun se demandait comment font-ils pour se reproduire, comment sont-ils arrivés à 1 milliard. Puis les Chinoises débarquent, renversant la problématique Nord-Sud. Rapidement, elles occupent des espaces jusque-là interdits aux femmes, Algériennes ou Européennes. Dans les marchés, elles vendent au milieu des hommes, partout elles circulent, jupes courtes, sans voile et sans culpabilité, passant presque inaperçues du fait de leur étrangeté. Les Chinoises sont en train de changer le rapport à la femme de l?Algérien. C?est tout le mal que l?on souhaite à ces affreux machos qu?ils sont devenus. Les Algériens n?aiment que leur mère et encore, ils considèrent toujours que ce ne sont pas des femmes. Ma mère une femme ? Jamais, c?est ma mère.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)