Algérie

Les archs alertent l?opinion internationale


Dans une lettre d?alerte à l?opinion nationale et internationale, la Coordination des archs, daïras et communes (CADC) de Tizi Ouzou constate que « le champ des libertés démocratiques chèrement acquises grâce aux luttes de plusieurs générations et au sang versé par des dizaines de compatriotes se réduit dangereusement dans notre pays depuis la supercherie électorale du 8 avril ». Pour les délégués de la CADC, les populations abreuvées de promesses jamais tenues sont « soumises à une répression sans pareille » parce qu?elles ont voulu exprimer leur ras-le-bol, leur refus de la misère sociale, de la hogra et de l?étouffement graduel des libertés. « Il ne s?agit pas moins d?un plan d?extinction des rares libertés individuelles et collectives encore tolérées par le pouvoir mafieux et assassin », lit-on dans la lettre transmise à la presse hier. Ses rédacteurs évoquent toutes les localités qui ont connu des manifestations de citoyens revendiquant une amélioration de leurs conditions de vie, tout en s?étalant sur ce qui s?est passé à T?kout, dans les Aurès, où des manifestants ont été « soumis à des pratiques de torture abominables ». La CADC estime qu?« un climat de terreur s?est installé dans beaucoup de localités et gagne d?autres régions où les menaces de recourir à la force pèsent constamment sur toutes les velléités d?expression libre et autonome par les relais mafieux du pouvoir central ». Les archs évoquent aussi dans leur missive les menaces qui pèsent sur la presse indépendante après l?incarcération de Hafnaoui Ghoul et Mohamed Benchicou. A leur yeux, ces attaques ne peuvent s?expliquer que par la volonté du pouvoir à « ne tolérer aucune contradiction au projet de musellement de tous les segments libres qui osent lui porter la réplique dans les espaces ouverts à/sur la population ». La liberté de la presse est, selon les rédacteurs de la lettre, en danger d?extinction « sous le couvert d?affaires fabriquées de droit commun pour mieux maquiller aux yeux de l?opinion les intentions machiavéliques d?étouffement de toutes les libertés publiques d?opinion ». A travers cette lettre, la CADC entend interpeller l?opinion nationale et internationale sur « la gravité de la situation des droits de l?homme en Algérie, particulièrement les conditions de détention indescriptibles des journalistes et des prisonniers du mouvement citoyen au niveau national, dont un grand nombre a entamé une grève de la faim depuis une semaine ».

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)