Algérie

Les ACV 3eme facteur de la mortalité


Cardiologues et neurologues s’organisent pour maîtriser la pathologie Les accidents cérébraux-vasculaires constituent le premier facteur à l’origine des handicaps moteurs, le second de la démence et enfin le troisième facteur de mortalité. Ces chiffres effrayants ont été révélés lors la première rencontre conjointement organisée par le club des cardiologues et l’association des neurologues de la région de l’Oranie, le week-end passé à l’hôtel Phœnix. Les participants à ce conclave ont axé leurs interventions sur la nécessité de l’urgence médicale des cas atteints de cette pathologie admis aux différents établissements de santé, publics ou privés soient-ils. «Il n’y a pas suffisamment de prise de conscience chez certains médecins dans le degré de risque que court un malade atteint qui ne reçoit pas les soins nécessaires adaptés à la réalité de sa maladie», avons-nous appris. Souvent, les cardiologues interviennent en amont et les neurologues en aval, alors que l’action des cardiologues ne doit pas intervenir sans l’avis ou le diagnostic du neurologue. De même, le neurologue doit consulter le cardiologue avant d’agir, d’où la nécessité de créer un cadre commun aux deux spécialités susceptibles de constituer une plate-forme pour trouver un consensus sur le dialogue à adopter et par les cardiologues et par les neurologues pour la prise en charge des patients atteints de cette pathologie. Ainsi, il a été question de la création d’une société des neurologues et cardiologues de l’Ouest pour la prise en charge de toutes ces préoccupations. Pour ce qui est de la propagation des pathologies cérébraux-vasculaires à travers le monde, les statistiques parlent de 2400 cas pour chaque million d’habitants et 150 à 200 nouveaux cas pour chaque 100.000 habitants. L’Algérie se positionne en bonne place par rapport aux moyens matériels et au potentiel médical dont dispose notre pays, sauf que cet atout reste loin d’être bien exploité. Ceci nécessite une organisation meilleure de la corporation concernée.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)