Algérie

Légitimisation de l'esclavage Point Zéro : les autres articles

Aujourd'hui, la vénérable assemblée des représentants de la société doit statuer sur la nouvelle loi relative aux associations. Cette loi, qui ne provient pas d'elle, mais du gouvernement, doit-elle être adoptée ou non ' Quelques-uns des députés vont venir, d'autres pas, d'autres encore vont faire semblant de venir et d'autres enfin seront vraiment là pour assurer le quorum. Cette loi, qui n'a rien d'une avancée mais d'une nouvelle régression, oblige les associations à avoir des représentants sur la moitié des wilayas du territoire, comme un parti politique, mais surtout, «ne doivent pas se mêler des affaires internes de l'Etat».
Qu'est-ce qu'une association, contre les ronds-points, pour les droits de l'homme ou la valorisation des peupliers, si ce n'est un groupe social qui a pour fonction de pousser l'Etat à plus d'intelligence et à adapter ses lois, et donc de se mêler des affaires de l'Etat ' Les députés ne se poseront pas ces questions fondamentales, mais voteront à main levée, sans hésitation. Les militants associatifs, déçus, se poseront par contre celle-ci : quelle est l'association qui a le plus de subventions, qui n'a pas de représentants partout puisque ses membres sont en majorité issus de la même région, et qui n'a pas besoin d'agrément ' C'est l'association au pouvoir, qui regroupe quelques figures de l'Antiquité, une poignée de généraux, une dizaine d'importateurs et 3 ou 4 mafieux.
C'est cette association qui a désigné les députés aujourd'hui avec la légitimité de ligoter les associations qui activent dans la société pour le mieux être général. Cette association doit-elle «ne pas se mêler des affaires internes de l'Etat '» Non, cette association, c'est le régime-Etat algérien lui-même, qui n'admet aucune concurrence. Ce qui s'appelle une autocratie. Pourquoi un vote alors ' Pour que le trésorier de l'association puisse payer les députés prestataires de services.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)