Algérie

Le Rocher des Sahâri


Le Rocher des Sahâri
Du temps de Sidi Mohammed ben Aliya, vivaient, dans le Djebel Sadjas (une région du Sahara), les Ouled Daoul et les Ouled-Tabet. La discorde a divisé un jour ces deux factions. Le tumulte était grand, le sang allait couler quand apparut Sidi Mohammed ben Aliya. « Eh quoi ! leur cria-t-il, ne pouvez-vous un instant maîtriser vos sentiments batailleurs ' Grâce à mes prières, jusqu'ici, vous avez joui d'un bien-être parfait. Au lieu de dépenser votre force dans des conflits inutiles, réservez-la donc pour le moment où les goums affamés de la R'azia, désoleront vos montagnes ». Mais ces hommes, animés les uns contre les autres de tout ce que les passions peuvent manifester comme fureur dans le c?ur humain, s'obstinèrent à ne pas écouter les paroles de conciliation du marabout. Ils s'oublièrent même jusqu'à lui dire : « Qui es-tu ' De quel droit te mêles-tu de nos affaires ' Nous permettions à nos femmes de croire à ta sainteté, quant à nous, nous n'avons que faire de tes remontrances intempestives ! » L'homme de Dieu, indigné par leurs blasphèmes, arracha des flancs de la montagne un énorme rocher que cent individus robustes n'auraient même pas pu ébranler. A l'aspect de ce prodige, les combattants sentirent leurs armes glisser de leurs mains tremblantes ; ils se prosternèrent aux pieds du saint en implorant son pardon. Mais le marabout, soulevant au-dessus de leurs têtes la roche colossale, entre ses mains plus légères que le grain, leur cria d'une voix qui passa en frémissant sur tout le Zarès : « Ce n'est pas chez vous non plus, race de chiens, que le bien peut trouver sa place ; mon dessein était d'abord d'ensevelir vos inimitiés sous cette pierre, et votre âme perverse s'y est opposée. Gens dévoués au malheur ! Je vous abandonne dès ce moment à votre démence ; mais souvenez-vous que la prospérité s'est à jamais éloignée de vous. Vous chercherez votre nourriture dans les branches du genévrier aux fruits amers. Votre bonheur cesse d'exister...je l'enfouis sous ce rocher... ». Il dit, et le bloc de granit retomba sur le sol où il s'enfonça lourdement. Toutes les tentatives des Sahâri pour relever la pesante masse restèrent infructueuses, et depuis ce temps, le genévrier nourrit à lui seul les pauvres familles du pays. nMedjahdi Mohamed


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)