Algérie

Le rapport de l'Algérie sur les droits de l'homme en débat devant la commission arabe des droits de l'homme

Le rapport de l'Algérie sur les droits de l'homme en débat devant la commission arabe des droits de l'homme
Les débats autour du rapport sur les droits de l'homme présenté lundi par l'Algérie devant la commission arabe des droits de l'homme au siège de la Ligue arabe au Caire ont été axés sur les droits politiques et sociaux, le droit à la vie, à l'intégrité physique et à la liberté d'opinion et d'expression.
Le représentant de l'Algérie auprès de la Ligue arabe Nadir Larbaoui a déclaré que la délégation algérienne a écouté durant la séance d'aujourd'hui les remarques des membres de la commission sur les garanties des droits politiques et sociaux et la question des disparus suite à la tragédie nationale, précisant que toutes les réponses ont été apportées à ce sujet et que des réponses écrites et documentées seront remises demain (mardi) à la commission.
La délégation a remis lors de la séance, un rapport supplémentaire à la commission couvrant la période allant de mars 2011, date de la remise de l'original du rapport au secrétariat de la commission, à ce jour sur les réformes entreprises par l'Algérie dans le cadre de l'approfondissement de l'exercice démocratique, a-t-il rappelé.
De son côté, Hocine Khaldoun, membre de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l'homme, a indique que les remarques de la commission ont porté sur la conformité du rapport sur les droits de l'homme avec les clauses de la charte arabe des droits de l'homme adoptée par l'Algérie.
La question des disparus, la liberté de l'information et l'accès aux sources de l'information ont été notamment soulevées outre l'indépendance de la justice algérienne, les critères du jugement équitable conformément à la charte arabe, l'indemnisation pour erreur judiciaire ainsi que la prise en charge sanitaire en Algérie, la prise en charge des handicapés et le droit d'accès aux prestations sanitaires, a-t-il souligné, précisant que des réponses ont été apportées par les représentants des secteurs concernés.
S'agissant de la question des disparus, M. Khaldoun a affirmé avoir précisé à ce sujet que l'Algérie a placé ce dossier dans le cadre de ce qui appelé "justice transitoire", soulignant que la voie suivie par l'Algérie dans le traitement du "dossier de la violence" était exemplaire, selon le témoignage d'experts internationaux de l'Institut international de la justice transitoire.
La commission arabe des droits de l'homme poursuivra mardi ses travaux par une séance consacrée aux organisations non gouvernementales algériennes. Les débats en séance plénière seront axés sur le "droit au travail, la liberté de formation d'associations et de syndicats professionnels, au droit au développement et aux ressources" ainsi qu'au "droit à l'enseignement, à la propriété intellectuelle et à la protection de la famille notamment les femmes et les enfants".
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)