Algérie

«Le prix de la liberté», Premier tour de manivelle


Youcef Bouchouchi a annoncé, mardi, lors du premier tournage, que le film sera prêt en 2007 pour inaugurer Alger capitale du monde arabe.

«Ce film, dont le tournage s’étalera sur deux mois, s’inscrit dans le cadre de Alger 2007, capitale de la culture du monde arabe», a déclaré Youcef Bouchouchi lors du premier tour du manivelle qui a eu lieu à la villa Pouillon, ajoutant que «plusieurs productions ont été retenues à cet effet, et que ce film est le premier a être tourné».
S’exprimant sur l’histoire du film, le réalisateur a précisé : «Il raconte l’Algérie des années 1930, c’est-à-dire avant la Seconde Guerre mondiale, en passant par les années 1940, où l’on s’attardera sur les événements du 8 Mai 1945, ça sera une reconstitution de cette période, ensuite nous aborderons les années 1950, jusqu’à la veille de 1954 ; quant à la période allant de 1954 à 1962, c’est-à-dire la Guerre de libération et la proclamation de l’indépendance de l’Algérie, elle ne va tenir que quelques minutes».
Youcef Bouchouchi a souligné l’importance du film : «C’est par un souci de mémoire. Je voulais écrire l’histoire de l’Algérie», sachant que très peu de productions cinématographiques se sont consacrées à l’histoire de l’Algérie antérieure à la Révolution de novembre. Ce sont généralement des films abordant la Guerre de libération.
Pour sa part, Nadir Hocine, scénariste, a indiqué que le film raconte, à travers divers personnages, comme le meddah ou le guerrab, l’histoire de l’Algérie. «C’est pour montrer cette partie de l’histoire de l’Algérie qui est très peu connue». Et de poursuivre : «Le scénario me tient à cœur parce que c’est très important de raconter notre histoire, notamment les mouvements révolutionnaires menés par le peuple. On a besoin de notre histoire, et c’est pour cette raison que j’ai écrit le scénario. Je l’ai écrit en 1983, je l’ai présenté à la télévision pour qu’elle le produise, mais pour des raisons inhérentes à la télévision, je l’ai retiré. Plus tard, Youcef Bouchouchi a eu connaissance de mon projet, il a lu le scénario et il l’a trouvé intéressant. Il a donc décidé de le réaliser avec le concours du commissariat à Alger 2007, capitale de la culture du monde arabe, et également avec le concours de 3AV, une agence artistique et audiovisuelle chargée de la production».
Nadir Hocine a souligné que le réalisateur a eu un droit de regard sur son texte. «Youcef Bouchouchi a apporté au texte quelques corrections, puisqu’il est un ancien moudjahid, et qu’il a vécu cette période», a-t-il expliqué. Le film, dont la reconstitution des événements s’est faite à base d’archives et de témoignages et dont la distribution comprend Hocine Nadir, Gouri et Hamid Mesbah, comprend trois étapes de tournages : «Nous comptons tourner une semaine à Alger, quatre semaines à Bou Saâda, et enfin trois semaines dans la wilaya de Béjaïa, cela nous fera deux mois», a-t-il déclaré.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)