Algérie

Le metteur en scène Kami Manns en exclusivité à La voix de l’Oranie

«De réelles capacités dans le théâtre algérien» Le metteur en scène, scénographe et actrice de cinéma, Kami Manns a bien voulu nous accorder un bref entretien après son passage, lors du Festival local du théâtre professionnel de Sidi Bel-Abbès, qui aura laisser une impression vivace auprès des jeunes praticiens ayant vécu à ses côtés le travail d’atelier. Actuellement, elle vit à Lyon. V.O.: Mme Kami, que gardez vous du Festival? K.M: Une grande émotion. C’est la première fois que je viens en Algérie et je trouve que votre jeunesse, surtout théâtrale, a beaucoup d’atouts et, a cette volonté et ce désir d’apprendre. Cette expérience m’a beaucoup intéressée et je trouve que la formation est une condition sine qua non pour mettre en place de vraies normes professionnelles. Le don, c’est bien mais cultiver l’art en soi complète la personnalité de l’artiste. Ce festival est une occasion de satisfaire tout à la fois, l’esprit et le corps... - Pensez-vous que notre théâtre contient cette vitalité? - Absolument. J’ai constaté très vite une grande énergie à canaliser, quand on sait que la scène et le public c’est aussi une histoire de rapport de force. Lorsque cette charge émotionnelle, physique est mise à profit pour que le corps du comédien exprime son mot, ce fluide automatiquement tombe sur celui qui est en réception (le spectateur) et l’anime d’une énergie qu’il renvoie à la scène. Cet échange est capital pour l’intensité dramatique. Donc, j’ai essayé de transmettre ce message en peu de temps. - Vous êtes au courant qu’il existe un festival de danses populaires qui se tient en été? - Oui, par le biais de Mme la directrice de la Culture de Sidi Bel-Abbès. C’est très bien, c’est un prolongement de la scène. Pour un metteur en scène et un scénographe, sa vision va aller en profondeur et entrevoit, à travers la danse, la performance justement du corps... C’est judicieux que dans votre ville soient organisés deux festivals qui se complètent artistiquement. L’un répond à l’autre. - En somme, l’atelier que vous avez dirigé prouve que les arts passent par un long questionnement sur le beau? - Il suffit de lire Platon dans ses dialogues pour «sentir» que le poète et le comédien établissent un dialogue corporel et spirituel pour atteindre ce qu’on appelle «l’état de grâce du Beau», l’un par son inspiration, l’autre par son métier. J’ai décelé de réelles capacités dans votre théâtre qui est sur le chemin, maintenant il faut beaucoup travailler dans ce sens. - Autant dire que vous avez aimé travailler chez nous? - La pensée universelle n’a pas de frontière. J’ai été très contente de découvrir et de discuter avec les artistes algériens. - Parlez nous un peu de vous, de votre itinéraire? - Je suis passée par plusieurs paliers artistiques de la scène que ce soit la danse, le théâtre ainsi que le cinéma. Cette quête me fait beaucoup de bien dans mon être du moment que je décèle d’autres secrets du corps, des sensations nouvelles dont la perspective et de joindre cet élan à une quête plus profonde celle de répondre à la grande question «qu’est-ce que le beau?» - Quête de spiritualité dans un monde trop technologique? - Notre travail justement consiste à aller vers l’harmonie, le grand équilibre, le verbe et le mouvement qui nous libèrent de notre condition humaine... de retrouver «notre sentiment humain». Précisément l’atelier est un laboratoire où l’on tente de rechercher des formes d’expression encore inexplorées en faisant participer des «petits cerveaux» encore à l’état brut... - On parle alors du bonheur? - L’Art est un moyen, une voie qui peut nous mener vers le bonheur mais pour l’atteindre il faut y mettre beaucoup de sueur et surtout beaucoup d’amour. - Qu’espérez-vous de votre métier? - Qu’il me rende plus humaine, plus gaie, plus vraie. Propos recueillis par Ahmed Mehaoudi
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)