Algérie

Le grand bassin de Tlemcen


Le grand bassin de Tlemcen
D'après une légende, le Grand Bassin était destiné à distraire la fille d'un roi de Tlemcen qui venait s'y baigner. Il est possible aussi qu'il avait un but agricole. Son histoire remonte à l'an 645. Dilak, le sultan maure qui régnait alors à Tlemcen, avait une fille, Choumissa, d'une grande beauté. Il l'aimait à la folie et, pour lui plaire, n'hésitait point à satisfaire les plus extravagants caprices de cette enfant gâtée. Un beau jour, comme elle s'ennuyait et le suppliait de chercher un moyen de la distraire, l'idée lui vint de faire creuser, aux abords de la ville, une vaste piscine pour que sa chère Choumissa puisse se baigner en compagnie de ses jeunes amies et se promener en barque, au gré de sa fantaisie. Lorsque le réservoir fut construit, le sultan Dilak le fit remplir d'eau et chargea, sur le champ, un héraut de parcourir les rues de la cité, en clamant aux carrefours ces paroles comminatoires : « Quiconque sera vu demain hors de sa demeure aura la tête tranchée ». Dès l'aube, par une belle matinée ensoleillée, l'exquise Choumissa quitta le palais royal et se dirigea souriante, avec ses compagnes, vers le grand bassin aménagé pour elle par les soins de son père bien aimé. « Alentour, de quelque côté que se portât le regard, on n'apercevait âme qui vive ; aucun indigène n'avait osé braver la menace du terrible sultan et l'on eût dit que la ville était morte ou tout au moins en léthargie. Tandis que le soleil irradiait dans le ciel, Choumissa, d'un geste pudique, laissa tomber soudain ses blancs haicks, apparut aux yeux de ses compagnes, en sa filiale splendeur et dans l'éblouissant éclat de sa beauté. Enhardies par son exemple, les jeunes Mauresques qui l'escortaient, se dévêtirent également et, sémillantes, lascives, pareilles à d'exquises naïades, plongèrent voluptueusement dans l'eau glauque, cristalline, prenant joyeusement leurs ébats avec, parfois, de stridents éclats de rire et de petits cris effarouchés, cependant que de jolies felouques, en cèdre adorné d'argent ciselé et de chatoyantes draperies, se balançaient mollement, au gré des berceurs, sur ce petit lac artificiel, prêtes à recevoir la belle Choumissa et ses compagnes. Ce furent alors, après le bain, de délicieuses promenades en barque, sous le ciel d'azur et, dès ce jour, durant tout l'été, Choumissa ravie, vint chaque matin, se baigner. Le Grand Bassin a également une autre légende. Le sultan Baba-Aroudj, surnommé Barberousse, qui s'était emparé du Mechouar et avait établi à Tlemcen la domination ottomane, aurait fait périr dans ce bassin, avec des raffinements de torture, les descendants des anciens rois de Tlemcen, appartenant à la dynastie des Béni-Zeyian protecteurs des sciences, des lettres et des arts.M. Medjahdi*E xtrait d'une archive anonyme


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)