Algérie

Le don d'organes en débat au CHU de Tizi Ouzou


Le don d'organes en débat au CHU de Tizi Ouzou
En collaboration avec l'Association don d'organes Biloba (Adob), le CHU Mohamed-Nedir de Tizi Ouzou a abrité jeudi la 6e journée sur le don d'organes. Sous le thème "Dites oui au don, dites oui à la vie", cette rencontre a regroupé des néphrologues, des représentants d'associations d'insuffisants rénaux, des médecins venus de différents établissements hospitaliers et des étudiants en médecine. Les différents intervenants, qui se sont succédé à la tribune, ont insisté sur la nécessité d'encourager la transplantation d'organes à partir de cadavres.Contrairement à ce qui se dit, cette pratique n'est nullement interdite par la religion, comme l'a bien expliqué un imam qui a pris part à cette rencontre marquée par la présence de personnes ayant déjà été greffées. Il faut souligner que les débats se sont focalisés principalement sur la greffe de la cornée et de la moelle osseuse qu'il faudra encourager. Les participants ont relevé, d'ailleurs, la nécessité d'améliorer la communication et la circulation de l'information sur cette question très sensible. "La population est mal informée", a déclaré le Dr Chaïmi."Sur les quatorze centres de greffes que compte l'Algérie, les statistiques font état de trente greffes du foie, treize greffes de la cornée et six autres de la moelle osseuse", a indiqué un représentant de l'association Adob. Selon les statistiques présentées par cette association, "98% des greffes d'organes réalisées en Algérie se font à partir de donneurs vivants ayant un lien de parenté avec le demandeur, et jusqu'à ce jour, il n'y a eu que deux cas de prélèvement à partir de personnes en situation de mort encéphalique, à Blida et à Constantine". Le représentant d'Adob expliquera encore que le nombre d'opérations de greffes de la cornée réalisées depuis 1963 jusqu'à 2002 est beaucoup plus important, soit 6 030 greffes.En matière de législation, il faut rappeler qu'au mois de mai 2002, un décret a été signé pour légaliser le prélèvement de cornée sur des cadavres, et depuis, la cornée est importée des Etats-Unis pour soulager de nombreux malades en Algérie. De 1986 à 2012, l'association fait état de 933 greffes du rein. Mais ce chiffre reste très insuffisant par rapport à la demande. Pour la greffe du foie, 34 opérations ont pu être réalisées de 2003 à 2012, ce qui est jugé insignifiant. Toutes ces transplantations restent quand même en deçà des besoins nationaux. Car pour le rein par exemple, "l'Algérie enregistre chaque année entre 4 000 et 5 000 nouveaux cas d'insuffisants rénaux chroniques", selon les médecins et les membres de l'association Adob.Enfin, il est à noter que l'Adob organise régulièrement de telles rencontres dans différentes wilayas du pays, et ce, dans le but de sensibiliser les citoyens sur la pratique du don d'organes. Un geste qui peut sauver de nombreuses vies humaines et soulager un grand nombre de malades chroniques qui souffrent le martyre au quotidien.A INomAdresse email


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)