Algérie

Le cri? des insuffisants rénaux à Adrar

L?association « Amel » qui s?occupe des insuffisants rénaux lève le ton, cette fois-ci, et s?adresse au président de la République par le biais d?une lettre ouverte. En effet, les malades menacent de s?abstenir de subir leurs séances d?hémodialyse, une forme de suicide collectif, si les pouvoirs publics ne prennent pas sérieusement en charge leurs conditions socioéconomiques et de santé. La lettre, signée par 16 membres de cette association, fait état de 5 revendications. Ils réclament le transport, plus de néphrologues, pestent contre l?exiguïté de la salle d?hémodialyse et l?insuffisance des générateurs et surtout le manque de médicaments. « Aucun malade d?Adrar n?a bénéficié d?une greffe de rein », dénoncent-ils. L?absence d?un siège pour leur association fait aussi partie de leurs revendications. Actuellement, ils sont 44 malades à poursuivre régulièrement leurs séances d?épuration du sang au sein du centre d?hémodialyse de l?hôpital. Ce centre, qui fonctionne tous les jours (excepté le vendredi) de 7 heures à 18 heures 30?, a été réaménagé récemment et dispose de 12 générateurs (reins artificiels) fonctionnels, dont 1 est réservé pour les cas urgents. Le centre qui vient d?être nouvellement renforcé par une deuxième station d?eau, assure largement et convenablement la couverture médicale de ces malades. Selon l?administration, ces patients se font dialyser deux à trois fois par semaine (4 heures par séance), selon l?indication médicale. Les médicaments et les consommables sont disponibles et les malades perçoivent correctement leurs traitements. Cependant, il arrive parfois qu?il y ait une rupture de stock d?un médicament au niveau de la pharmacie centrale des hôpitaux qui détient l?exclusivité du produit destiné à ces patients. Il faut dire que le climat à Adrar n?est pas très clément, notamment en période d?été où le mercure descend rarement au dessous de +47°C à l?ombre, pour atteindre +60°C au soleil. Dans ce cas, les malades, comme la plupart habitent très loin, exigent qu?on leur assure le transport jusqu?à leurs domiciles respectifs.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)