Algérie

Layali Ramdane (6)

Layali Ramdane (6)
Oui, la police a encore arrêté des non-jeûneurs alors que le nouveau ministre des Affaires religieuses, il s'appelle Aïssa lui aussi, vient d'annoncer que ne pas jeûner est un droit. C'est donc la police qui ne connaît pas le droit ou le ministre qui ne connaît pas la police. Mais bon, jeûne ou pas, il y a le f'tour. Un bourek aux crevettes, bien que les crevettes ont été difficiles à trouver : elles n'étaient ni au début du bourek ni à la fin. Au milieu peut-être, j'ai dû passer sans les voir. Mais bon, chorba, ça faisait longtemps, et une dolma bien saucée.Café(s), cigarette(s) et programme : une exposition d'art moderne dans une kheïma chic. Nesrine et Ramdane sont venus, Toufik et Lilia non, ce qui a alerté ma suspicion. Mais bon, ils sont adultes, bien que dans le cas de Toufik, pas vraiment. Par contre, Aïssa est venu avec un ami, Chan, un ingénieur chinois qui travaille avec l'AADL du côté de Ghardaïa. Bien sûr, on lui a tous demandé un logement sauf Nesrine, qui a demandé s'il faisait aussi les cimetières. Mais bon, dans la kheïma, qui n'a rien d'une tente, on s'est assis autour d'une petite table où on n'avait même pas la place pour poser nos coudes fatigués.Thé à 500 DA et qalbelouz à 5000. On a compris plus tard : l'exposition était le thé et les qalbelouz, d'où les prix. Concept post-moderne où le contenu est le contenant, ou quelque chose comme ça? Dommage, Toufik n'était pas là, il aurait expliqué sa propre méthode artistique au concepteur avec son manche de pioche. Mais bon, en sortant, on est allés prendre un thé, moins cher, pour se venger du concept. Nesrine et Chan ont parlé de Confucius et la vie qui, selon lui, ne serait que souffrance. Vers 1h, j'ai tenté de relancer Ramdane. Pudique, il n'a rien dit sur les résultats de son rendez-vous de la veille. Il a juste dit que le temps n'est pas le même quand on le regarde de devant ou de derrière.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)