Algérie

La fin et les moyens

La fin et les moyens Le mot «Al Haqq» que nous traduisons par le «vrai et le bon droit» est l’un des attributs de Dieu et ce Dieu qui représente la Vérité éternelle et le Droit incorruptible, ce Dieu qui s’est interdit l’injustice avant de l’interdire aux autres, ne saurait admettre en effet qu’on fasse vaincre une juste cause par des moyens injustes et nous sommes bien loin du fameux principe des injustes de tous les temps «La fin justifie les moyens»...Car l’Homme est la seule créature dotée du libre arbitre c’est à dire ayant la possibilité de choisir entre deux chemins bien définis : le bien et le mal. L’homme a été doué par nature de ses cinq sens et de sa raison qui lui permet de discerner et de comprendre. Dieu lui a descendu Son Livre à travers la longue suite de Ses Prophètes dont Mohamed (QSSL) est la clôture et le couronnement. Cet Homme donc n’a pas grande difficulté, de par sa nature même à reconnaître le vrai du faux et le bien du mal. Cette saine prédisposition et ce discernement accompagnent l’Homme à sa naissance et ce sont ses parents par la suite qui le détournent de la voie médiane en lui inculquant les faux principes et les croyances erronées. «L’enfant naît conforme à la nature (fitra) et seuls ses parents en font un juif, un chrétien ou un mazdéen» (hadith). Il y a évidemment entre le vrai et le faux des demi vérités qui sont le plus grand danger pour les esprits débiles et les raisons obnubilées par l’orgueil et les passions terrestres. Il est donc rare qu’un homme psychiquement normal fasse le mal pour le mal à moins que ce ne soit un sadique ou un forcené. Pour que son action dans la voie du mal soit poursuivie, il a besoin pour lui même et pour les autres d’un justificatif et d’un prétexte... L’Islam n’admet nullement qu’on fasse le mal au nom du bien et il ne confond nullement circonstances atténuantes avec justificatifs... L’Islam a en effet défini exactement le bien et le mal. Il a délimité les devoirs et les droits réciproques entre l’employeur et l’employé, entre l’administrateur et l’administré, entre le fort et le faible, le jeune et le vieux, l’homme et la femme etc... Ces limites sont définies et sacrées «et celui qui transgresse les limites de Dieu se fait du tort à lui-même» (Coran)... Dr. Salahedine Kechrid
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)