Algérie

La date du 23 avril a été retenue

La date du 23 avril a été retenue
«Nous avons tout à gagner et rien à perdre». La sentence est du représentant des Patriotes d'Oum El Bouaghi, Nacer Benabid, qui paraissait vraiment, à l'instar des autres représentants des Patriotes présents mercredi dernier à Bouira, pour la tenue d'une réunion à laquelle ont participé 26 wilayas, déçu par la tournure des événements.Yazid Yahiaoui - Bouira (Le Soir) - Ali Bouguettaya, porte-parole de la Coordination nationale des Patriotes acquiesce et annonce pour sa part la tenue d'un rassemblement national à Alger pour le 23 avril prochain, décidée lors de cette réunion. «Nous n'avons plus le choix. Face au blocage du dossier des Patriotes et surtout les lenteurs dans la prise en charge de nos doléances, nous avons décidé d'une action d'envergure afin de bousculer les choses», dira Ali Bouguettaya qui insiste sur le fait que cette décision a été prise lors d'une réunion tenue le jour même avec les représentants de 26 wilayas, et qui précise que «même les autres wilayas représentées dans la coordination qui en compte 35, sont d'accord sur cette action». Par cette action d'envergure, les Patriotes espèrent voir enfin les responsables au niveau national prendre réellement en charge leurs doléances. «Nous ne pouvons plus attendre, ni accepter le fait accompli qui nous est imposé ; encore moins, lâcher certains de nos collègues qui ont combattu à nos côtés et les voir aujourd'hui partis sans aucune reconnaissance ni indemnités», dira Ali Bouguettaya en faisant allusion à certains points tordus qu'ils avaient eu à soulever lors des différentes réunions de la commission interministérielle composée de représentants des ministères du Travail et de la Sécurité sociale, de la Défense nationale, de l'Intérieur et des Collectivités locales, de la Solidarité, ainsi que des représentants de la Coordination nationale des Patriotes. En effet, lors des précédentes réunions, les représentants de la coordination des Patriotes avaient soulevé les problèmes des Patriotes ayant moins de sept ans et demi d'exercice qui n'ouvrent droit à aucune pension?; «une loi qui exclut de fait plus de 20?000 Patriotes», précise-t-il ; les pensions d'invalides dérisoires qui varient entre 5 100 à 15 000 dinars, ainsi que les pensions de 15 000 dinars versées à quelque 2?800 Patriotes dont les dossiers ont été traités sur les 9 000 dossiers déposés au niveau du ministère de la Défense alors qu'ils sont en principe quelque 86?000 Patriotes libérés à ouvrir droit aux pensions de retraite en tous genres.Ali Bouguettaya rappelle, à titre d'exemple, la pension du simple djoundi qui reçoit 30 000 dinars par mois, alors que le Patriote qui a exercé les mêmes fonctions sinon plus, n'en reçoit que la moitié, soit 15 000 dinars par mois. En tout cas, les Patriotes qui ont tapé à toutes les portes, qui ont organisé plusieurs rassemblements à l'échelle locale, comptent cette fois-ci aller jusqu'au bout en organisant un rassemblement national à Alger. Ils veulent que le dossier des retraites et surtout le cas des Patriotes à l'échelle nationale, soit définitivement pris en charge. Pour rappel, les Patriotes qui avaient pris les armes aux côtés des autres forces de sécurité et des forces auxiliaires comme les gardes communaux, les éléments de légitime défense ou GLD, ont atteint un chiffre de 116 000 éléments, avant que l'Etat, à la faveur d'un retour progressif de la paix, ne les libère sans aucun préavis. Du jour au lendemain, des dizaines de milliers de Patriotes, dont beaucoup avaient quitté leurs postes pour prendre les armes et défendre le pays, se sont retrouvés en chômage. Au total, ils sont 86?000 Patriotes à être licenciés. Parmi ces 86 000 patriotes, il y a plusieurs catégories dont les blessés par balle qui se sont vu octroyer une pension d'invalides de 5 100 dinars par mois, des blessés par bombe avec 6 700 dinars par mois, des amputés avec 15 000 dinars par mois, etc. D'autres Patriotes qui étaient assurés avant de rejoindre les rangs de l'ANP, se sont retrouvés sans aucune indemnité ni retraite ; d'autres encore qui n'avaient pas cumulé plus de 7'ans et demi de lutte antiterroriste se sont vu éliminés de ce droit. En somme, des injustices que les Patriotes, «ces Ridjal Wakifoune» qui étaient un jour la fierté de tout un peuple, subissent au vu et au su de tout le monde et contre lesquelles ils se battent depuis 2013 mais vainement. Mercredi dernier, les représentants des Patriotes présents à la réunion étaient tous unanimes à dire que le rassemblement du 23 avril prochain sera grandiose. Ils en font un serment.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)