Algérie

L'UA disposée à contribuer à la constitution d'une force régionale contre les rebelles en RDC (Ping)

L'UA disposée à contribuer à la constitution d'une force régionale contre les rebelles en RDC (Ping)
L'Union africaine (UA) est prête à participer à la constitution d'une force de paix régionale contre les rebelles dans l'est de la République démocratique du Congo, a affirmé dimanche le président de la Commission de l'UA, Jean Ping, dans son intervention aux travaux du sommet africain à Addis Abeba.
L'Union africaine "est disposée à contribuer à la constitution d'une force régionale pour mettre un terme définitif aux agissements des groupes armés" dans l'est de la RDC, a affirmé M. Ping, lors de son allocution au début des travaux du sommet africain dominé par les crises régionales et une élection à un porte-clés de l'organisation.
Des soldats mutins congolais se revendiquant d'un "Mouvement du 23 mars" (M23) ont pris les armes ces derniers mois contre les forces régulières de la RDC, auxquelles ils avaient été intégrés dans le cadre d'un accord de paix avec Kinshasa signé le 23 mars 2009, et ils ont conquis depuis plusieurs localités dans l'est du pays.
Kinshasa accuse Kigali de soutenir les mutins du M23 qui affrontent son armée dans l'est congolais.
Le M23 est formé principalement d'ex-éléments de la rébellion tutsi congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégrés dans l'armée congolaise dans le cadre d'un accord de paix avec Kinshasa le 23 mars 2009, dont ils réclament la pleine application. Le CNDP était soutenu par le Rwanda.
Les mutins, s'opposent depuis mai à l'armée congolaise dans l'est du Nord-Kivu où ils ont leurs bases dans le parc national des Virunga, frontalier avec le Rwanda et l'Ouganda. Ils ont récemment pris plusieurs villes de la province près de ces bases.
Le Rwanda a toujours démenti appuyer les mutins et accuse en retour la RDC de soutenir les rebelles hutus des Forces démocratique de libération du Rwanda (FDLR), actives dans l'est de la RDC, ce que Kinshasa dément également.
Le 11 juillet, les ministres des Affaires étrangères des pays de la CIRGL - dont celle du Rwanda Louise Mushikiwabo et celui de RDC Tshibanda N'Tungamulongo - avaient appelé dans un communiqué tous les groupes armés de l'est de la RDC, y compris le M23 à cesser leurs activités et demandé aux Etats-membres de ne leur apporter aucun soutien.
La CIRGL réunit l'Angola, le Burundi, la Centrafrique, le Congo, la RDC, le Kenya, l'Ouganda, le Rwanda, le Soudan, la Tanzanie et la Zambie. Les chefs des Etats membres de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs (CIRGL), une organisation régionale, devaient discuter de cette crise dimanche à Addis Abeba en marge du sommet de l'UA, qui durera jusque lundi.
Les présidents congolais Joseph Kabila et rwandais Paul Kagame participent au sommet de l'UA, et une rencontre entre eux n'est pas exclue afin de tenter de diffuser la crise.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)