Algérie

L'étrange myopie pharaonique


Etrange paradoxe des régimes «arabes»: ils produisent leurs propres ennemis. Les tueurs que le Nil emporte dans le berceau et ramène dans l'explosion. Ces ennemis qui, plus tard, enlèvent leur diplomates, tuent leurs policiers, les proclament impies et bons à tuer et veulent les remplacer par les califats. Tout, dans ce monde « arabe », en Algérie d'ailleurs, produit de l'islamiste intolérant, fermé au monde, violent envers les autres et la femme, coincé dans la sexualité et le sens, incapable de rire sans reporter la joie à après la mort. Tout : l'école, l'éducation, le sexisme, la rue, la télévision, les 40.000 imams, les mosquées, les avis faciles, les manuels scolaires, l'air et les livres. Tout pousse à faire pousser la barbe, s'asseoir, lapider le corps de la femme et le sens du monde et l'existence des gens différents. Ce sont ces enfants-là, ceux d'aujourd'hui, à qui on apprend les règles du divorce et les affres de la tombe à l'âge de dix ans, qui, plus tard, deviendront grands et exploseront ou kidnapperont des touristes ou s'enfonceront dans le Sahara pour rejouer Errissala avec du pétrole et des Azawad. Ce sont les chevaliers du coran qui deviendront les amoureux de Belmokhtar et pas de Hubble.
C'est d'ailleurs comme une rouille hargneuse : c'est sortie de chez Al Saoud il y a un siècle, puis s'est répandue par les livres et les premiers porteurs du virus formés en Egypte et venus ici, puis a atteint les populations jeunes des années 80. La pandémie sera ensuite générale : elle touchera le peuple entier et provoquera la guerre et la mort et la destruction après de terribles fièvres et des délires du verbe divin. Puis il y a eu mutation : la rouille touche aujourd'hui les bancs publics, les métaux, les constantes nationales, le pays, les femmes dans leurs corps, la beauté, les vêtements, les convictions intimes, l'hymne national et la manière de se laver les mains ou de juger l'univers comme un arrêt de bus et pas comme un splendide mystère. Et du coup, après sa mutation, le virus a attaqué les parties faibles du corps national : les zones pauvres et décentrées, le lointain Sahara par exemple, la Kabylie. Là, il pense un jour reconquérir le nord et le regarde comme une Andalousie perdue. D'où vient le virus ' On le sait. Mais pourquoi le régime le laisse-t-il se reproduire dans le pays, l'encourage, le finance puis s'en va crier à la menace, à la lutte antiterroriste et à supplier pour qu'on relâche ses otages sans rien ébruiter sur la rançon ' D'où vient cet aveuglement du régime algérien par exemple qui construit la plus grande mosquée d'Afrique et produit la plus grande cellule d'El Qaïda puis va se plaindre de mener la guerre seul contre le mal et d'avoir perdu 200.000 Algériens quand personne ne le croyait ' Comment expliquer ce paradoxe entre une armée poussée à l'éradication comme idéologie et un régime qui affiche son conservatisme religieux comme preuve de sa foi ' N'y a-t-il personne pour constater que lorsqu'on ramène un calife comme chef, on finit par subir le califat comme échec de la nation '
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)