Algérie

L'Etat algérien ne veut plus acquérir que 51% de Djezzy, à prix indéterminé

L'Etat algérien ne veut plus acquérir que 51% de Djezzy, à prix indéterminé
Le gouvernement algérien et le propriétaire russe de OTA, la filiale algérienne du groupe Vimpelcom-Orascom, se serait mis d'accord sur le principe d'une cession de 51% d'actions de Djezzy du second en faveur du premier. C'est ce qu'a annoncé Moussa Benhamadi le ministre des PTIC ce dimanche, admettant du coup le renoncement à acquérir la totalité de Djezzy. Seul problème, ni le montant ni la date de la transaction n'ont été fixé par les deux parties. Le feuilleton va donc se poursuivre quelque temps encore.
L'Etat algérien va prendre la majorité du capital (51%) de l'opérateur de téléphonie Djezzy (OTA), a annoncé dimanche à El-Tarf, le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, M. Moussa Benhamadi. "L'Etat algérien va prendre la majorité du capital (51%) de l'opérateur de téléphonie Djezzy. Un accord a été passé dans ce sens conformément à la loi de finances", a-t-il expliqué, dans une déclaration à la presse en marge de sa visite de travail dans la wilaya d'El-Tarf. Les précisions manquantes, c'est le directeur de la communication au ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la Communication (MPTIC), Zohir Meziane qui va les apporter, et pour cause : à ce jour, « ni le montant ni la date de la conclusion de la transaction » n'ont été déterminés entre les deux parties. L'Etat algérien deviendrait actionnaire majoritaire à 51% de Djezzy au lieu du rachat total de l'opérateur de téléphonie mobile. C'est finalement la principale information contenue dans la sortie du ministre Moussa Benhamadi. Il s'agirait là d'un modus vivendi auquel est parvenu le Ministère des Finances avec les dirigeants Russes de Vimpelcom, le nouveau propriétaire de la filiale algérienne d'Orascom Telecom Holding. S'il venait à être concrétisé, cet accord mettrait fin à un long suspens dans l'affaire dite du rachat de Djezzy lancée il y a deux ans lorsque l'Etat algérien avait déclaré son intention de reprendre dans son giron l'opérateur de téléphonie mobile, dans le cadre du « droit de préemption » instauré par la loi de finances complémentaire de 2009. Le 5 janvier dernier, le ministre des PTIC, Moussa Benhamadi avait fait état d'une accélération du processus de discussion entre le ministère des Finances et le russe Vimpelcom. « Le processus se déroule bien. Les choses vont s'accélérer. Vous verrez de nouvelles mesures dans les prochains jours », avait annoncé M. Benhamadi à propos du rachat de Djezzy.
Accord de confidentialité préalable
Le ministre des Finances, M. Karim Djoudi, avait annoncé en décembre que l'acquisition par l'Algérie d'OTA, filiale de l'opérateur égyptien OTH (Orascom telecom holding) rachetée par le russe Vimpelcom, sera conclue après la signature probablement avant la fin de l'année d'un accord de confidentialité entre les deux parties avant qu'un protocole d'intention ne soit signé plus tard. M. Djoudi avait précisé que cet accord, exigé par l'Algérie, allait permettre l'ouverture de la data room contenant les informations, même les plus secrètes, d'OTA et concernera "les informations relatives à la gestion et au fonctionnement de Djezzy". Les titres de Vimpelcom et d'OTH, dont ceux d'OTA, constituant l'essentiel du portefeuille, sont cotés dans de nombreuses places boursières, dont Londres et New York. La confidentialité concernera les cotations de ces titres. Vimpelcom avait racheté en mars dernier le groupe italien Wind Telecom qui détenait 51% d'OTH, propriétaire de 97% du capital d'OTA. Une fois cet accord conclu, les deux parties passeront à la signature d'un protocole d'intention (mémorandum of understanding) qui définit les modalités et conditions convenues pour la vente d'OTA.
Tweet
Partager
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)