Algérie

L'élection du président et les conflits au menu Début des travaux du 19e sommet de l'UA à Addis-Abeba

L'élection du président et les conflits au menu Début des travaux du 19e sommet de l'UA à Addis-Abeba
Les travaux de la 19e session du Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine ont débuté hier dimanche à Addis-Abeba avec la participation du Premier ministre, M. Ahmed Ouyahia, représentant du président de la République, M. Addelaziz Bouteflika. Prévus sur deux jours, les travaux du sommet seront marqués par le déroulement de l'élection du président de la Commission de l'UA (CUA) et les situations de conflit et post-conflit dans différents pays, notamment le Mali, la Somalie, la République démocratique du Congo et le conflit Soudan- Sud Soudan. Le thème de ce sommet, retenu pour l'année 2012, est la promotion du commerce intra-africain dans la perspective de booster les échanges commerciaux entre les pays du continent. Dans son allocution d'ouverture, le président de la Commission de l'UA, M. Jean Ping, a indiqué que «les solutions aux problèmes africains se trouvent sur le continent et nulle part ailleurs». «Le leadership du continent et son appropriation de toutes les initiatives qui concernent l'Afrique revêtent une importance cruciale», a souligné M. Ping, précisant que cela exige aussi «le renforcement» de l'unité du continent et de la «solidarité» africaine. Revenant sur la question de l'élection du président de la Commission de l'UA, le président en exercice de l'Organisation continentale, Thomas Boni Yayi, à l'ouverture du sommet, a mis en garde en déclarant que l'Union africaine (UA) n'a «plus le droit d'échouer» à élire le président de la Commission, son organe-clé, après le blocage auquel avait abouti le précédent scrutin, «En janvier dernier, nous avons échoué. A ce sommet nous n'avons plus le droit d'échouer», a lancé le chef de l'Etat béninois à la tribune. «C'est dans l'unité que nous trouverons une solution. Tout nouvel échec signifiera la division du continent», a-t-il ajouté Au début des travaux de ce sommet, les chefs d'Etat et de gouvernement africains ont observé une minute de silence à la mémoire du défunt premier président de l'Algérie indépendante, Ahmed Ben Bella, et du président malawite, Bingu wa Mutharika, tous les deux décédés au mois d'avril 2012. «Deux grandes figures du continent africain nous ont quittés cette année, l'ancien président algérien, Ahmed Ben Bella, qui est également un des membres fondateurs de l'Organisation de l'unité africaine (OUA, transformée en Union africaine) et le président du Malawi», a indiqué un orateur à l'ouverture de la 19e Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine. Le Premier ministre du Lesotho, Motsoahae Tom Thabane, a présenté ses condoléances au peuple algérien et au président Abdelaziz Bouteflika, suite au décès de Ben Bella qu'il a qualifié de «grand homme, panafricaniste et un des membres fondateurs de l'organisation panafricaine». Par ailleurs, le sommet enregistre la participation, pour la première fois, des nouveaux présidents d'Egypte, Mohamed Morsi, du Sénégal, Macky Sall, ainsi que du Premier ministre du Lesotho, Motsoahae Tom Thabane. L'invité d'honneur de ce sommet est l'émir du Koweït, Sheikh Sabah Al-Ahmed Al-Jaber Al-Sabah, dont la présence à Addis-Abeba dénote de sa «volonté» de donner un «nouvel élan» au partenariat entre son pays et les pays africains ainsi que l'UA, selon M. Ping.
A. R.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)