Algérie

Khenchela


Les pigeons de Baghaï L?histoire vient d?avoir lieu dans la localité de Baghaï, le fief de la Kahina à quelques kilomètres au nord-ouest de Khenchela. Les responsables de la Coopérative des céréales et des légumes secs (CCLS) ont fait un état des rapprochements des stocks pour le magasin de Baghaï qui a une capacité de 30 000 qxde céréales. Il s?agit donc de faire ressortir le stock disponible pour se préparer à la réception du produit de la moisson de l?année en cours. Après calcul, il s?avère qu?une quantité de 600 q de blé dur fait défaut lequel est estimé à 1900 DA le quintal. Le responsable dudit magasin donnera alors l?explication suivante : la bascule lui « a volé une partie et les pigeons ce qui reste », il a été mis en congé d?office et remplacé avec instruction de rendre ce qui manque. L?inspection devra aussi s?étendre au stock d?orge qui coûte 1400 DA le quintal. Selon la même source, le préjudice s?averra plus grand. Quant à l?argument de l?ex-magasinier, on devine que ce seront les moutons qui passent vers la Tunisie qui ont dû par mégarde consommer accidentellement une ration calorifique de choix, car un kilo d?orge équivaut à une Unité fourragère (UF). De quoi carburer jusqu?en Tunisie. Cette histoire rappelle une autre réelle, aussi, qui s?est déroulée durant la révolution agraire. Lors d?un contrôle de l?administration auprès de coopérateurs sur les écarts constatés pour ce qui est des agneaux qui manquent, la réponse des candides et débonnaires exploitants : c?est que le loup est passé par là, la commission qui avait visité aussi un champ de pastèques pour la deuxième fois avait constaté que les plus belles avaient disparu sans qu?il y ait de vente. Réponse des paysans rusés et tout sourire : « C?est le loup » ! Chose qui a dérouté les jeunes ingénieurs qui devraient penser qu?ils avaient raté des cours. Le loup végétarien du temps de la révolution agraire, qui avait fait fureur, est-il remplacé par le docile mais dodu pigeon de Baghaï ?
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)