Algérie

Jean François Copé rencontre la presse étrangère


Les images de « la France en feu », de « l?intifadha des banlieues », de « guerre civile » diffusées par des télévisions étrangères incommodent fortement le gouvernement français. Au point de susciter une rencontre du porte-parole du gouvernement, Jean-François Copé, avec la presse étrangère accréditée en France, une rencontre qui intervient après le petit-déjeuner informel du ministre des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy, avec des correspondants de médias intenationaux, la semaine dernière. Jean-François Copé s?est empressé de dire, hier après-midi que les sites historiques et touristiques sont épargnés par les émeutes et que ces dernières sont plus localisées dans des banlieues sensibles. Il est vrai que Paris est la première destination touristique étrangère, et il s?agit donc, à quelques semaines des vacances de fin d?année, de rassurer les futurs visiteurs de la capitale française. « Nous sommes les uns et les autres très attentifs sur ce qui est écrit, dit et diffusé par la presse étrangère sur notre pays », a souligné en préambule le porte-parole du gouvernement français et d?ajouter qu?il souhaite « ramener ces incidents à leur juste proportion, dire les choses sans tabous, sans langue de bois, et en même temps sans exagération et sans caricature ». « Je ne veux pas que quelques images sur des écrans de télévision déforment les faits. » Jean-François Copé, qui n?a pas répondu à la question d?une journaliste norvégienne : « Que craignez-vous de ces images choc », a voulu convaincre ses auditeurs que « la situation est en train de s?apaiser ». Il lui a été rappelé que la France est le seul pays européen à avoir décrété l?état d?urgence après des émeutes. Et aussi si la situation s?apaise, pourquoi proroger alors l?état d?urgence ? « C?est une mesure de précaution », a répondu le ministre. Jean-François Copé a indiqué que, depuis le début, le message du gouvernement n?a pas varié : « Le retour au calme et à l?ordre n?est pas négociable », et « en second lieu un message de justice ». « La fermeté et la justice sont les deux piliers d?une même politique. » En matière d?« égalité des chances de tous les citoyens », « une politique de plus long terme », Jean-François Copé a fait référence à des mesures touchant trois grands domaines : l?éducation par l?abaissement de l?âge à l?apprentissage notamment (14 ans), l?emploi et le logement. En ce qui concerne l?habitat, il s?agit de démolir les grandes barres et tours, « éléments de ghettos », et de constater que « là où il y a eu de la mixité sociale les émeutes ont été moindres ». Dans le domaine de l?emploi, il s?agira principalement d?étendre les zones franches défiscalisées. Le porte-parole du gouvernement a ajouté qu?il y a « un travail de lutte contre les discriminations ». Le problème ne serait-il pas ethnique ? lui a-t-il été demandé. N?est-ce pas la faillite du modèle d?intégration français ? Selon le porte-parole du gouvernement, le problème « est social », même si beaucoup de ceux qui souffrent de discriminations et de précarité sont issus de l?immigration. « Il n?y a pas de recette miracle. » Sur la discrimination positive, « il y a un débat » au sein du gouvernement, a précisé Jean-François Copé, et d?ajouter que « les handicaps » sont plus liés aux quartiers qu?à l?origine ethnique. « Pour compenser ces handicaps, il faut plus de moyens, c?est ce que nous voulons faire. »
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)