Algérie

Jardin d?essais du Hamma


Statut d?Epic pour un site scientifique Les chercheurs et scientifiques du jardin d?Essais du Hamma en appellent au ministre de l?Environnement afin de classer en « urgence » le site en tant que patrimoine national naturel. Ces experts mettent en exergue le « dérapage » au plan statutaire, avertissant que le statut d?Epic (Etablissement public à caractère industriel et commercial), envisagé par les pouvoirs publics pour la gestion future du site, ne saurait cadrer avec la vocation réelle de celui-ci. Pis, Epic signifie une mort programmée de l?un des plus célèbres jardins botaniques au monde. » Ces experts militent pour le statut d?EPA (Etablissement public à caractère administratif), soulignant que la question tutélaire ne se pose aucunement. « Vous n?êtes pas censé ignorer toutes les valeurs historique, culturelle, scientifique et touristique que recèle ce site unique en Algérie, puisqu?il en a été déjà fait mention dans la stratégie nationale pour la conservation de la biodiversité et le développement durable », plaident-ils à l?adresse de Chérif Rahmani, en s?appuyant sur le 3e rapport national pour la mise en ?uvre de la Convention de l?ONU sur la diversité biologique. Le document, élaboré par le ministère de l?Aménagement du territoire et de l?Environnement, a été remis en septembre 2005 simultanément au Programme des Nations unies pour l?environnement (PNUE) et au Fonds mondial pour l?environnement (FEM). Un important chapitre est consacré au jardin d?Essais qui mentionne en substance : « Le jardin d?Essais est une structure scientifique de premier ordre, particulièrement dans la conservation ex situ de spécimens et essences végétales, rares ou menacées mondialement, de même qu?il joue déjà un rôle dans la sauvegarde des espèces de la flore algérienne endémique, protégée et menacée ». Le ministre de l?Environnement est interpellé en tant qu?autorité ayant la latitude de classer le jardin d?Essais en tant qu?aire protégée, conformément à la nouvelle loi sur l?environnement en vigueur depuis 2003. L?appel du corps technique et scientifique de ce jardin plus que centenaire, actuellement sous tutelle de la direction générale des forêts, intervient à la veille de son passage dans le giron de la wilaya d?Alger. De nombreuses entreprises sous tutelle de la wilaya (Asrout, Erma, Netcom, Edeval etc.) sont à pied d??uvre depuis plusieurs semaines pour « nettoyer » le jardin. « Ils se sont mis au travail sans se concerter avec nous. La logique voudrait qu?il y ait au préalable une réunion de travail pour définir les zones d?activité. Nous appelons cela une intrusion, car certaines plantes, menacées de disparition ont été soit détruites, soit estropiées, à l?exemple d?un camphrier. Que va-t-on mentionner sur la fiche technique de cette espèce. ?Détruit par un camion de la wilaya ??? », déplore le corps technique. Et de désigner les structures « déliquescentes » qui auraient dû être réhabilitées en priorité : les serres, la chaudière et le séminarium. Pour le wali délégué d?Hussein Dey, rencontré, hier, sur les lieux, « la reprise du jardin par la wilaya d?Alger est une question tranchée ». « La wilaya est en train de parer à l?urgence, c?est-à-dire le nettoyage, de fond en comble, du site. Nos services travaillent d?arrache-pied pour la remise en état des allées, bordures, clôtures, bassins et autres coins qui étaient dans un état lamentable. Nous n?intervenons pas au niveau des carrés, là où il y a les plantes. C?est le domaine des scientifiques », précise le représentant de M. Addou. Et d?ajouter : « Qu?il soit Epic ou Epa, le jardin d?Essais gardera sa vocation originale. Outre le conseil d?administration, le site aura un conseil scientifique qui est aussi un organe de décision. Nous rassurons la communauté scientifique qu?il n?y aura ni pizzeria, ni salle des fêtes. » Créé en 1832, le jardin d?Essais a été réalisé par les Français sur le modèle du jardin des Plantes de Paris (dépendant du Muséum national d?histoire naturelle, qui est lui-même institution française placée sous tutelle conjointe des ministères de l?Education nationale, de la Recherche et de l?Environnement). En 1865, le célèbre botaniste Martins pouvait écrire à propos du jardin du Hamma : « La France possède en lui (le jardin d?Essais) le plus beau jardin botanique des zones tempérées du monde, le seul qu?elle puisse opposer aux Jardins de Calcutta et de Batavia. »
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)