Algérie

«Il a raison, je suis jeune»

L'ancien coach du Bayern Munich a répondu avec humour aux attaques du Français. Pep Guardiola gentleman jusqu'au bout. Les attaques de Franck Ribéry depuis quelques jours auraient pu pousser le Catalan à sortir de ses gonds. Il n'en fût rien.Le Français avait d'abord fait l'éloge de son nouveau coach au Bayern Munich, Carlo Ancelotti. «Carlo est un cadeau pour le club. Depuis qu'Ancelotti est arrivé, je me sens plus en confiance. J'ai besoin de gens comme lui, Jupp Heynckes ou Ottmar Hitzfeld pour jouer à mon meilleur niveau», avait-t-il expliqué, dissimulant qu'à moitié la critique contre son prédécesseur.A l'issu de son doublé en match amical contre Milan (3-3), l'ancien Marseillais s'était, cette fois, montré beaucoup plus équivoque : «Il (Guardiola) manquait d'expérience. Il n'a pas encore une longue carrière en tant qu'entraîneur, il est jeune. Parfois, il parle trop, le football est pourtant très simple». Ces propos avaient alors été largement relayés sans être commenté par l'intéressé jusque-là.L'entraîneur le plus titré du FC Barcelone, avec quatorze trophées remportés sur les dix-neuf compétitions disputées sur le banc des Blaugrana, a été questionné sur le sujet. En conférence de presse à Shenzhen, après la victoire des siens aux tirs au but contre le Borussia Dortmund, il n'a pas tenu à entrer dans la polémique. Il a même abondé dans le sens du Français : «Ribéry a raison. Je suis jeune. Mais j'apprends vite».Réponse pleine de diplomatie. A l'image des points-presse après les Classico contre José Mourinho où il est toujours resté courtois malgré les provocations du Portugais. Il n'a jamais non plus répondu aux attaques parfois virulentes de ses anciens joueurs, que ce soit Eto'o, Ibrahimovic, Deco ou encore Yaya Touré.Tout avait si bien commencé...Pourtant, Franck Ribéry et Pep Guardiola semblaient fait pour s'aimer. A son arrivée en Bavière en 2013, le numéro 7 du Bayern avait loué les qualités du technicien espagnol.«Grâce à Pep, je suis devenu encore meilleur en tant que joueur. Je peux être utilisé dans différentes positions, je change régulièrement de poste avec mes coéquipiers durant un même match, afin que l'adversaire ne puisse jamais avoir une idée précise de ce qui l'attend, cela nous réussit souvent», avait expliqué «Kaiser Franck».Trois éliminations en Ligue des champions plus tard, les relations se sont passablement tendues. Surtout lors de la dernière demi-finale retour contre l'Atlético Madrid, lorsque Ribéry avait débuté sur le banc. Ce qu'il n'a jamais digéré.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)