Algérie

Fransabank El-Djazaïr cible les PME


Fransabank El-Djazaïr cible les PME

La banque libanaise Fransabank est officiellement opérationnelle en Algérie. Sa première agence, sise à Saïd Hamdine à Alger, a ouvert ses portes, a indiqué hier son premier responsable, Nadim Kasser, lors d’une conférence de presse animée en présence même du numéro 1 de la doyenne des banques arabes qui fêtera incessamment ses 85 ans d’activité.

Le réseau de la Fransabank El-Djazaïr, qui a ouvert son capital au 3ème groupe mondial de transport maritime, CMA CGM, et à la société Maghreb Truck Company, sera étoffé avec l’ouverture d’une seconde agence au niveau de la capitale. Dans un moyen terme, cet établissement sera représenté au niveau de toutes les grandes villes du pays.

Pour le premier responsable de cette banque, l’agrément qui lui a été délivré par le Banque d’Algérie et qui lui ouvre droit à l’exercice de toutes les opérations reconnues aux banques en Algérie «traduit, en pleine période de modernisation du secteur, une nette confiance des autorités locales dans l’institution et dans ses actionnaires, dans ses capacités financières, son professionnalisme et dans la qualité de son management». Il exprime également, ajoute M. Nadim Kasser, «une nette assurance des autorités monétaires quant à nos capacités de répondre aux véritables besoins de l’économie nationale, tout en préservant la santé de l’ensemble du système bancaire». De même que l’installation de la banque libanaise en Algérie est pour ses responsables «un témoignage» de leur foi en l’avenir de l’Algérie, de son peuple et des inestimables ressources et capacités qu’il recèle».

Pour assurer ses activités en Algérie, la Fransabank a recruté, affirme le DG, «la quasi-majorité de ses employés et de ses cadres sur le marché algérien et a déjà entrepris les programmes visant à leur formation, aussi bien à Beyrouth qu’à Alger». Pour son implantation en Algérie, une attention particulière sera donnée au secteur de la petite et moyenne entreprise (PME). Il sera ainsi question de mettre sur le marché et d’une manière progressive une gamme de services et produits bancaires et financiers, annonce le conférencier. Il s’agit de mettre à la disposition de ses potentiels clients «des prêts à moyen et long terme, l’escompte de billets, la domiciliation de factures d’importation de biens et services et les transferts internationaux. La banque libanaise promet dans un moyen terme «le financement par crédit-bail».

En matière d’activités de banques de détail, le DG indique qu’un large éventail de produits et services seront mis à la disposition de sa clientèle, dont «les comptes à vue et de livret, les dépôts à terme et les bons de caisse nominatifs, les prêts à la consommation, les prêts voiture et les prêts à l’habitat, les cartes de crédit, de débit et de débit différé, les cartes prépayées et les cartes jumelées, les distributeurs automatiques de billets et même la domiciliation de factures (téléphone, électricité, eau...).

Pour l’information, il est utile de savoir que la Fransabank a enregistré «un total bilan de l’ordre de 5 milliards de dollars, équivalant à 375 milliards de dinars algériens, des fonds propres de 370 millions de dollars, représentant l’équivalent de 28 milliards de dinars, et un bénéfice de 47 millions de dollars au courant de l’année précédente». Les dépôts de la clientèle, ajoute le DG, sont d’un peu plus de 4 milliards de dollars, soit l’équivalent de 300 milliards de dinars.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)