Algérie

FC ORAN La rançon de l'instabilité

Pensionnaire de la «Régionale Une Ouest» depuis cinq saisons, le FCO secontente de jouer la carte maintien, et ce, en raison de l'instabilité à tousles nouveaux et d'un problème financier récurrent qui empêchent le club deviser haut. La saison écoulée, l'équipe chère aux habitants de Carteaux avaitflirté longuement avec la relégation avant d'assurer in extremis sa survie dansce palier. Cette mésaventure, qui devait servir de leçon aux dirigeants, n'apas fait bouger les choses. Et du coup, on retombe dans les erreurs du passé.Outre un effectif qui change chaque saison, le FCO est un grosconsommateur d'entraîneurs. A quelques journées de la phase retour, la barretechnique en a vu défiler quatre, dont le dernier en date, Kechamli Mokhtar,n'a pris ses fonctions que depuis deux semaines. Slimani, qui avait pris letrain en marche, a passé le témoin, trois mois plus tard, à l'ex-joueur du MCO,Chaïb Haddou, qui dura jusqu'à la fin de la phase aller avant de jeter l'épongepour être remplacé par Hadj Bridji qui, faute de résultats, a fini par rendrele tablier, et ce, après une séparation à l'amiable avec les dirigeantsactuels, à leur tête le président Djelil Mohamed.Kechamli Mokhtar, appelé à la rescousse, compte relever le défi demaintenir le club dans ce palier, et ce, malgré la dernière défaite consommée àdomicile face au coleader du groupe, l'USMO. «Je ne suis qu'à ma deuxièmesemaine avec l'équipe. Je dispose de moyens pédagogiques nécessaires pour menerà bon port ma mission avec un groupe d'une valeur juste moyenne. Notreobjectif, à savoir le maintien, sera atteint avec la contribution de tous»,dira-t-il. Pour le président Djelil Mohamed, outre le terrain en tuf qui freinel'évolution des joueurs, la préoccupation majeure reste les finances. «Notreeffectif a été remanié. Il ne faut pas perdre de vue qu'un grand nombre dejoueurs chevronnés ont quitté le club, car nous n'avions pas les moyens derépondre à leurs exigences financières. Pour parer au plus urgent, nous avonsfait appel au service de nos anciens juniors. Côté financier, à ce jour nousn'avons perçu qu'une subvention de 40 millions de centimes du fonds de wilaya,alors que les dettes ne cessent de s'accumuler, avoisinant les 80 millions decentimes. Nous avons sollicité les autorités locales et des sponsors pour nousaider, mais tous nos appels sont restés vains. Outre l'équipe fanion, lesjeunes catégories nécessitent aussi une prise en charge financière nonnégligeable. Par ailleurs, notre terrain en tuf, qui en principe n'est pashomologable, a occasionné des blessures graves à nos joueurs et à ceux deséquipes visiteuses. Vu cette situation et tous ses aléas, notre ambition selimite au maintien. Enfin, je déplore l'arbitrage qui ne cesse de nouspénaliser», conclura-t-il.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)