Algérie

Faire sortir la femme rurale de l?analphabétisme à Adrar


La localité de Sali, une des deux communes de la daïra de Réggane, a été hier le théâtre d?une convergence de la gente féminine des Ksour. Elles étaient environ 400 femmes et jeunes filles venues de plusieurs Ksour, à l?appel de Mme Bendiba, présidente du bureau de wilaya de l?UNFA pour Adrar, pour célébrer leur journée internationale. Elles ont choisi une manière particulière pour marquer l?évènement du 8 mars, en s?inspirant du thème retenu pour cette année « La Femme de la Parole à l?Acte » et en accordant d?abord un grand intérêt à la localité de Sali, éloignée de 110 km d?Adrar, gisant au c?ur du Touat et considérée comme l?épicentre des Ksour de la femme Oasienne et Ksarienne en même temps, car elle travaille dans la palmeraie et réside dans le Ksar, loin du monde moderne. La plupart des participantes ont un niveau scolaire se limitant dans le meilleur des cas au primaire et vivant en zone reculée (près de 1600 km de la capitale). D?où le souci de ces journées de faire sortir cette femme du marasme et des conditions déplorables de vie qu?elle mène au quotidien, par l?organisation d?une journée d?étude et d?information. Le programme de cette journée a porté sur la création des micros entreprises, les crédits bancaires et les relations avec les institutions du travail, qui ont certainement été profitables aux femmes de cette région souvent marquées par la marginalisation. La chambre de l?artisanat et des métiers, l?ANGEM ainsi que l?ANSEJ ont été les principaux acteurs de cette rencontre. Les travaux de cette journée se sont articulés sur la vulgarisation des possibilités offertes par les pouvoirs publics, par l?intermédiaire de ces institutions en direction des jeunes chômeurs, des femmes aux foyers des ksour, etc., pour créer leurs propres entreprises et bénéficier de crédits, des aides et des qualifications? Les débats ont mis en exergue les carences en matière d?emploi dans ces zones reculées du pays. A ce jour, 264 femmes au foyer de Sali ont bénéficié d?un prêt sans intérêt de 27 000 DA chacune pour l?achat de la matière première servant au tissage, à la couture, à la tapisserie, au cuir? 70 dossiers relatifs à des projets ont été déposés au niveau de la BNA et de la BDL d?Adrar et sont toujours à l?étude. Pour l?instant, seuls 7 projets ont été retenus par ces banques. Enfin, Il est à signaler que le bureau local de l?UNFA a organisé un grand rassemblement.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)