Algérie

Espagne: Madrid n'aura besoin que de 62 milliards d'euros pour ses banques

L'Espagne n'aura besoin que de 62 milliards d'euros sur les 100 milliards mis à disposition par ses partenaires de la zone euro pour recapitaliser ses banques, a une nouvelle fois déclaré son ministre de l'Economie dans un entretien au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung paru, avant-hier. Le reste de ces 100 milliards constitue "des réserves de sécurité", a ajouté Luis de Guindos, qui a assuré que son pays rembourserait la totalité des fonds prêtés. "Nous sommes responsables de ce remboursement. Je suis convaincu qu'il n'y aura pas la moindre perte pour les prêteurs", a-t-il dit au journal allemand. Selon une proposition de feuille de route du fonds de secours européen FESF, le plan d'aide à l'Espagne comprendra, après une première enveloppe de 30 milliards d'euros prévue pour juillet, un versement estimé à 45 milliards d'euros à la mi-novembre. Ce document daté du 9 juillet a été publié la veille sur le site du ministère néerlandais des Finances. Fin juin, le gouvernement espagnol avait annoncé que ses banques auraient besoin de 62 milliards d'euros au maximum, se basant sur les résultats des cabinets d'audit Roland Berger et Oliver Wyman.
Création d'un fonds d'aide aux régions d'un maximum de 18 milliards d'euros
Le gouvernement espagnol a annoncé la création d'un fonds public spécial d'un maximum de 18 milliards d'euros pour aider les régions qui ne peuvent payer leur dette, en échange de conditions sévères pour réduire leur déficit. Ce fonds sera financé par un prêt de la loterie nationale de 6 milliards d'euros et le reste par le Trésor espagnol, a ajouté le ministre de l'Economie Luis de Guindos, à l'issue du Conseil des ministres. Mais les régions devront en échange faire des efforts exceptionnels, a souligné la porte-parole du gouvernement, Soraya Saenz de Santamaria. Elles ont un déficit qu'elles ne peuvent financer. Si elles recourent au mécanisme extraordinaire, les conditions aussi seront extraordinaires, a-t-elle affirmé. Emblèmes de la diversité culturelle du pays, les régions espagnoles, qui jouissent d'une grande autonomie, ont été responsables en 2011 des deux tiers du dérapage budgétaire de l'Espagne, qui a cumulé un déficit de 8,9% du PIB en 2011, contre 6% promis. Le gouvernement leur a imposé de ramener leur déficit à 1,5% en 2012 contre 2,94% en 2011. L'Espagne, qui vient de bénéficier d'un assouplissement de son objectif de réduction de déficit par l'Union européenne, doit ramener son déficit à 6,3% en 2012. Le gouvernement a fait état d'un déficit zéro au premier trimestre pour les régions mais reconnu qu'elles auraient accusé un déficit de 0,45% du PIB sans d'importants transferts d'argent de l'Etat en début d'année.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)