Algérie

EN : Les Verts jouent leur avenir à Kampala



EN : Les Verts jouent leur avenir à Kampala
La déception a été énorme dans le camp des Verts jeudi soir lors de la défaite contre la Guinée. Le public était sonné, lui qui croyait s'être déplacé pour assister à une soirée riche en buts et en points, mais la réalité du terrain a été porteuse d'une grosse déception, d'autant plus que le rendement était médiocre. Une source de stress pour le public qui a déjà commencé à voir le rêve d'une participation à la prochaine Coupe du monde menacé, car la défaite a été concédée contre l'adversaire direct de l'EN dans cette course à la qualification dans le groupe G. L'EN a même vu arriver à sa hauteur 3 autres sélections totalisant toutes 6 unités, ce qui rend ce déplacement en Ouganda très important, voire même décisif. En effet, les éliminatoires de la Coupe du monde vont s'arrêter pendant 9 mois, pour laisser place aux éliminatoires de la CAN 2025, prévues de septembre à novembre prochains. Cette période de 9 mois, l'EN risque de la passer loin de la tête du classement si jamais elle faisait match nul ou elle perdait demain à Kampala. En cas de défaite justement, c'est cette sélection ougandaise qui mènera la danse, avec 9 unités, idem pour le Mozambique ou la Guinée si jamais une des deux teams l'emportait dans cette empoignade qui les mettra aux prises au Maroc. C'est dire que l'EN risque de perdre la tête dès demain, d'où l'intérêt de tout mettre en ?uvre pour gagner et passer l'été, l'automne et l'hiver prochains au chaud. Certes, au terme de cette date de juin, on ne sera qu'à la 4e journée des éliminatoires et il restera encore 6 matches à disputer, mais ce que les observateurs et les connaisseurs des rouages de la CAF redoutent c'est que l'EN risque de se faire prendre dans un guet-apens, une bataille générale sera dès lors menée par plusieurs parties qui voudront stopper l'EN dans son élan et la priver de la suite du parcours. Il faut dire que l'histoire de l'arbitrage n'est pas encore totalement close, d'ailleurs il faudra se méfier de ce match en Ouganda. La partie correcte sifflée par Tessema à Baraki, malgré quelques fautes d'appréciation, ne doit pas nous faire oublier tout ce qui s'est passé à la CAN et bien avant. Il y avait complot, ça c'est sûr, et ce n'est pas après le dernier bras de fer engagé par l'USMA et la FAF contre l'instance africaine au TAS que cela va cesser. Les ennemis de l'Algérie, qui ont fêté la victoire de la Guinée au Nelson-Mandela Stadium, peuvent aller encore plus loin. C'est la source de ces craintes liées à un éventuel second échec de suite en Ouganda. Cette équipe, d'ailleurs, est animée d'une envie farouche de mettre à terre Petkovic et son équipe, elle qui n'oublie pas le match nul des Tanzaniens à Annaba qui avait ouvert la voie au staff algérien des Taifa Stars d'aller à la CAN. Le public de Namboole sera chauffé à blanc demain et il ne faut pas écarter que cet engouement se poursuive ailleurs vers d'autres stades où l'EN va aller plus tard dans la compétition à commencer par le Botswana en mars, puis la Guinée en septembre et même lors des rencontres qu'on jouera chez nous. C'est pour toutes ces raisons qu'on dit l'EN joue son avenir demain soir. Elle est obligée de réagir et conserver son acquis si elle veut continuer à mener la course. S.M.A.    
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)