Algérie

Emigration clandestine 31 Algériens interceptés au large de l'Espagne

Le phénomène de l'émigration clandestine fait encore parler de lui, malgré le tour de vis opéré de part et d'autre de la Méditerranée pour ralentir ce fléau, à défaut de pouvoir l'arrêter. Une énième traversée en direction du Vieux Continent à partir des côtes algériennes vient d'être mise au jour. En effet, trente et un Algériens ont été interceptés par la garde civile espagnole dans la nuit de mardi à mercredi, au large des côtes d'Almeria, a indiqué hier la garde civile citée par l'AFP. Les 31 harraga algériens voyageaient à bord de trois embarcations. Deux barques transportaient 11 immigrants chacune et la troisième 9, a précisé la même source. Dans la même nuit, la garde civile espagnole a intercepté 118 immigrants Africains, dont 87 subsahariens, à bord d'embarcations au sud de l'île de Grande-Canarie et au large d'Almeria, a indiqué la même source. Au sud de la Grande-Canarie, dans l'archipel espagnol des Canaries, c'est un pêcheur qui a donné l'alerte à la Croix-Rouge lorsqu'il a aperçu une barque de 20 mètres de long, bondée, à 100 mètres de la plage de Las Burras. La barque transportait 87 clandestins dont 24 mineurs. 23, qui présentaient des symptômes d'hypothermie, ont dû recevoir des soins, a précisé un porte-parole de la garde civile. Le week-end dernier, plus de 200 clandestins sont arrivés sur les côtes espagnoles à bord d'embarcations, dont plusieurs sur l'archipel des Canaries. Il est à rappeler par ailleurs qu'un réseau d'immigration entre l'Algérie et l'Espagne a été démantelé ces derniers jours par les autorités espagnoles. Onze personnes, dix Algériens et un Espagnol, ont été arrêtées en Espagne lors du démantèlement de ce réseau qui bénéficiait du soutien d'entrepreneurs espagnols, selon la préfecture des Baléares. Ce réseau organisait la traversée des clandestins depuis Dellys, dans la wilaya de Boumerdès, jusqu'à l'archipel méditerranéen des Baléares, d'après la même source.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)