Algérie

Élection présidentielle en Mauritanie

Un duel entre Daddah et Abdallahi au second tour Les Mauritaniens ne connaîtront finalement pas leur futur Président avant le second tour prévu pour le 25 mars. Les résultats globaux provisoires du premier tour de l?élection présidentielle, rendus publics hier dans l?après-midi, confirment la tenue de ce second round qui se jouera entre Ahmed Ould Daddah, président du Rassemblement des forces démocratiques (RFD), et Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, candidat indépendant. Les pronostics faits à la faveur de la campagne électorale se sont ainsi avérés justes. Les deux candidats sont presque au coude à coude, même si, d?après ces résultats annoncés par le ministère de l?Intérieur, Cheikh Abdallahi figure en tête avec une légère avance sur Ould Daddah. En effet, Cheikh Abdallahi a obtenu 24,79% des 741 066 suffrages exprimés, suivi de près par son rival Ould Daddah, qui a décroché 20,68%. Le jeune candidat Zeine Ould Zeidane se trouve, quant à lui, en troisième place avec 15,27%. Il est suivi de Messaoud Ould Boulkheir, le porte-étendard des Haratines (les esclaves) et également président de l?Alliance populaire progressiste qui a eu 9,80% des voix exprimées. Vient ensuite Ibrahima Moctar Sarr, indépendant, en cinquième position avec un taux de 7,94%. L?ex-commandant de l?armée qui a mené en 2003 et en 2004 des tentatives de coup d?Etat contre l?ancien président Ould Taya a obtenu, pour sa part, la sixième place avec 7,65%. Mohamed Ould Maouloud a décroché la septième place avec 4,08%. Les autres candidats, qui sont au total douze ont eu des taux inférieurs, pour chacun, à 1%. Le dernier s?appelle Mohamedou Ould Ghoulam Ould Sidaty, candidat indépendant qui a obtenu seulement 0,09%. Dix-neuf candidats, faut-il le rappeler, ont brigué la magistrature suprême. La participation à ces élections s?est élevée à 70,07%. Elle est considérée « importante » par le ministère de l?Intérieur. Le taux de bulletins nuls est de 6,37%, taux nettement inférieur à celui enregistré lors des élections législatives et locales en novembre et décembre 2004. Le second tour s?annonce très serré entre Ould Daddah et Cheikh Abdallahi qui sont déterminés à arracher la victoire. L?enjeu des alliances Le jeu des alliances sera déterminant dans cet ultime round. Les deux candidats qui s?affronteront au second tour, à savoir Ould Daddah et Cheikh Abdallahi, disposent d?une assise populaire presque égale. Les deux ont des soutiens à tous les niveaux. Ahmed Ould Daddah est soutenu par la Coalition des forces de changement démocratique (CFCD) qui regroupe une dizaine de formations politiques. Cheikh Abdallahi a autour de lui une autre forte coalition, dénommée Al Mithaq (La charte), qui rassemble en son sein 18 partis issus de l?ex-majorité présidentielle, mais on dit, également, qu?il jouit de l?appui de certains membres du Conseil militaire pour la justice et la démocratie (CMDJ). Le CMDJ a démenti ces « rumeurs », par la voix de son président, Ely Ould Mohamed Vall, qui est aussi chef de l?Etat. Le report de voix, comme l?indiquent les premiers résultats partiels, s?annonce nettement en faveur de Ould Daddah. Hormis Zeine Ould Zeidane, qui n?est ni pour l?un ni pour l?autre, les trois autres qui le suivent dans le classement sont connus pour leur « amitié » avec Ould Daddah. D?ailleurs, ils figurent dans la CFCD. Il reste à savoir à qui Ould Zeïdane donnera a voix. Le staff de campagne de Ould Daddah estime que leur candidat saura convaincre Ould Zeidane pour le soutenir lors du second tour. « C?est la victoire pour nous », commente Sadafa Ould Cheikh Al Hocine, porte-parole de Ould Daddah, qui se dit convaincu de l?emporter haut la main lors du second tour. Affichant un satisfecit quant au déroulement de l?opération de vote, il regrette cependant d?avoir constaté « des abus de la part de certains candidats qui ont monnayé argent contre des voix ». M. Cheikh Al Hocine fait allusion, bien sûr, au staff de campagne de Cheikh Abdallahi. Notre interlocuteur a néanmoins attesté de la neutralité de l?administration dans cette élection, première du genre depuis l?indépendance de la Mauritanie en 1960. Au quartier général du staff de campagne de Cheikh Abdallahi, la joie se lit dans les yeux. Peu de monde à l?intérieur du siège, mais beaucoup d?enthousiasme. Selon Idoumou Ould Mohamed Lemine, président de la commission de la communication, « les résultats obtenus lors de ce premier tour sont satisfaisants. L?élection s?est bien déroulée. Dans le calme ». Pour lui, « le peuple mauritanien a donné une leçon de démocratie au reste du monde ». M. Idoumou n?appréhende pas le second tour. « Nous allons gagner, car nous sommes déjà en tête avec 25% (taux personnel non officiel, ndlr), que nous avons obtenu à travers l?ensemble du territoire national. Notre rival a eu seulement 20% (taux non officiel, ndlr), taux qu?il a obtenu dans une seule région. Nous avons donc toutes les chances de gagner et nous sommes déjà en négociations avec les autres candidats pour les convaincre de venir avec nous », nous a-t-il déclaré hier. La seconde partie s?annonce d?ores et déjà chaude.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)