Algérie

El-Tarf: Intempéries: l'heure des bilans

Dans un point de presse, le nouveau wali d'El Tarf, en compagnie de ses proches collaborateurs, du DHW et du DTP est revenu sur les dernières inondations, leurs causes, les dégâts qui en ont résultés et les mesures prises pour parer à toute éventualité. Sans être alarmiste, le wali dira qu'il s'agit d'abord d'une catastrophe naturelle, phénomène qui peut affecter n'importe quelle région du monde même si on y est bien préparé. Que dire alors d'El Tarf qui a enregistré 405 mm de pluviométrie du 1er septembre au 06 novembre, avec 74 mm tombés en deux heures de temps, jeudi passé. Avec son relief spécifique, constitué de montagnes et de plaines, les eaux ont dû parfois déborder de leurs cours naturels pour aller inonder ce qui pouvait l'être. Rien qu'à Bougous, le trop-plein du barrage de Mexa avait balancé 47 m3 à la seconde, faisant déborder Oued Kébir qui avait menacé les habitations de nombreuses familles que les autorités ont dû faire évacuer. Quant aux terres agricoles inondées suite aux ruptures des digues, l'intervenant s'est demandé si la terre utilisée était conforme. Par ailleurs, deux futurs barrages seront lancés en 2011 et auront avec d'autres ouvrages comme les retenues collinaires, à diminuer le déversement des eaux dans les plaines. Certaines routes ne disposant pas des systèmes nécessaires à l'écoulement des eaux comme les caniveaux. Les travaux sur l'autoroute, nullement affectés, ont repris. Il a aussi fait état de ces constructions sur des terrains bas et inondables alors qu'elles auraient dû se faire sur les piémonts, à l'image du chef-lieu de wilaya. La tornade d'El Kala dont une photo a été montrée à la presse et qui n'a duré que quelques secondes est un phénomène jamais constaté auparavant et qui a causé la mort d'un employé de l'APC. Sa force était telle, qu'elle avait même soulevé des voitures, arraché des tuiles et brisé des vitres.

Un dispositif de crise a été mis en place dans chaque daïra avec la présence de deux directeurs d'exécutif alors que l'agence nationale de gestion de crise a été sollicitée ce qui a eu pour effet de dépêcher du matériel des travaux publics de plusieurs wilayas. Enfin, pour le moment, des engins comme les rétrochargeurs bulls et pelles «Poclain» s'attèlent à curer les oueds et autres endroits alors que du côté de Bougous un brise-roches et autres équipements sont à l'œuvre pour renforcer une digue dans le but de protéger les riverains des prochaines intempéries.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)