Algérie - Pisciculture, Aquaculture

El Kala (El Tarf) - Un projet aquacole provoque la colère des pêcheurs


El Kala (El Tarf) - Un projet aquacole provoque la colère des pêcheurs


Le projet en plus d’être polluant se trouve être sur l’itinéraire vers le cap Rose et un trait de pêche.

Une affaire qui rejaillit, car il y a eu un précédent au début du mois d’octobre 2019 (voir El Watan du 3 octobre 2019) lorsqu’une cinquantaine de marins-pêcheurs ont fermé l’accès du nouveau port pour empêcher un investisseur en aquaculture d’y déposer les équipements d’une dizaine de cages flottantes.

Dimanche dernier, les bateaux et les embarcations de pêche sont restés à quai. Pas de sortie pour cause de grève ont décidé des gens de mer où on compte 5.000 inscrits maritimes, autrement dit sans l’armée des pilleurs de corail.

«Le port d’El Kala est la plus grande usine de la région» s’enorgueillissent les protestataires rencontrés sur les quais du nouveau port.

Un bras de fer est engagé depuis plusieurs semaines entre le président de la Chambre de la pêche de l’aquaculture, Nacer Mecherki,et un investisseur qui projette la réalisation d’une ferme aquacole de 20 hectares pour 10 cages flottantes à 2,5 km au nord d’El Kala.

Mercredi, le conflit latent a frôlé le drame. L’investisseur, Chaâbane Ouhib, s’est heurté à l’opposition des pêcheurs qui lui ont interdit de déposer ses équipements dans le port dans l’emplacement octroyé par l’Entreprise de gestion des ports de pêche (EGPP). Des menaces de les brûler auraient été proférées, ce qui a conduit à un dépôt de plainte. De son côté, le président de la Chambre lance une pétition qui aurait rassemblé des centaines de signatures de marins et d’armateurs.

Dimanche, le président de la Chambre nationale de la pêche et de l’aquaculture (CAPA), Bani Karim, était à El Kala dans le cadre d’une tournée qu’il mène dans les ports du pays. Il a nous expliqué que pour l’heure, l’urgence est de faire baisser la tension et ramener le calme. Selon toute vraisemblance, le projet de ferme est mis en veilleuse face à la protestation des pêcheurs.

«Ce projet ferme aquacole n’est pas bon pour nous» nous explique les pêcheurs sur le quai.

El Kala a la particularité de disposer pour pêche côtière, celle des petits métiers et des sardiniers, du plus petit golfe de la côte algérienne. Le projet en plus d’être polluant se trouve être sur l’itinéraire vers le cap Rose et un trait de pêche. C’est un gros obstacle qu’il faut contourner et ils en veulent pour preuve ce qu’il est advenu à de précédentes cages flottantes emportés par la tempête il y a deux ans et qu’ils sont obligés de contourner aussi parce qu’elles gisent au fond et qu’elles accrochent les filets.Personne n’a pensé à les récupérer pour libérer la circulation!

L’investisseur, Ouhib Chaâbane, chassé une première fois de Chetaïbi (Annaba) ne comprend plus.

«C’est le président de la Chambre lui-même qui m’a proposé de venir à El Kala et qui m’a présenté aux autorités locales d’El Tarf» nous a-t-il déclaré.

«Je viens avec de la technologie et 75 postes de travail. Mon projet est le seul sur une dizaine à avoir été agréé par les services administratifs».


Slim Sadki