Algérie

des performances et des disparités Production et consommation des viandes

des performances et des disparités Production et consommation des viandes
Entre le cheptel ovin estimé à 22 millions de têtes et le cheptel bovin (2 millions de têtes), l'amplitude entre les deux chiffres démontre à elle seule les habitudes de consommation de viandes des Algériens. Face à la cherté de la viande rouge, les nationaux se rabattent sur la viande blanche, ce qui lui fait enregistrer des performances remarquables.
S'il est vrai que la production de la viande bovine traîne quelque peu le pas faute d'investissements, la viande ovine, elle, inonde le marché national en quantités suffisantes, si l'on tient compte des statistiques qui nous ont été fournies par le ministère de l'Agriculture et du Développement rural.La filière viande rouge est soutenue essentiellement par les performances des éleveurs d'ovins. La production enregistrée, au cours des trois trimestres de la présente campagne 2011-2012, a atteint 3,25 millions de quintaux, toutes productions confondues, pour un objectif global annuel retenu au titre des contrats de performances (2012) de 3,79 millions de quintaux, avons-nous appris auprès des services du ministère de l'Agriculture. Sur le tableau des meilleures performances, les wilayas de M'sila, Batna et Laghouat réalisent, à elles seules, près de 13% de la production nationale.
Les effectifs en cheptel ovin sont estimés à 22 millions de têtes, tandis que le cheptel bovin est évalué, lui, à 2 millions de têtes. L'écart est écrasant. Cette disparité ne suit aucunement l'évolution des habitudes alimentaires des Algériens, qui tendent à consommer la viande bovine. Globalement, une récente enquête de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) indique que pour le groupe «viandes rouge, blanche et poisson», considéré comme un indicateur de développement, la consommation par tête en Algérie était de l'ordre de 29,54 kg/an en 1990, tandis qu'au Maroc la proportion était de 31,94 kg/an, de 34,05 kg/an en Tunisie et de 30,14 kg/an en Egypte.
La même enquête de la FAO a précisé que dans les années 2000, cette consommation fondamentale a stagné en Algérie, tandis qu'elle a atteint 38,45 kg/an par habitant au Maroc, 45,20 kg/an pour les Tunisiens et 42,57 kg/an pour les Egyptiens. Pour ce qui est des performances de la filière viande blanche, la production, enregistrée lors trois trimestres de cette campagne 2011-2012, a atteint 2,62 millions de quintaux, toutes productions confondues, pour un objectif global annuel retenu au titre des contrats de performances (2012) de 3 millions de quintaux. Les wilayas de Bouira, Batna, Sétif réalisent, à elles seules, près de 22% de la production nationale.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)