Algérie

Constantine - Concurrence et règles commerciales

Constantine - Concurrence et règles commerciales
Une journée de sensibilisation sur la mise en ?uvre du droit à la concurrence, et ce à l'occasion de la réactivation du conseil de la concurrence, dont la mission consiste en l'application des textes législatifs dans ce domaine et à la répression des pratiques anticoncurrentielles, a été organisée jeudi dernier au centre culturel Benbadis (ex-UP) par la direction du Commerce et l'université Constantine 2. Dans une déclaration faite en marge de la rencontre, le vice-président de l'université Constantine 2 et professeur d'économie, M. Bentorki, dira que, contrairement à ce que d'aucuns pensent, «ces pratiques déloyales ne concernent pas les seules activités de commerce informel, mais émanent souvent d'entreprises légales qui s'arrogent des positions dominantes sur le marché, en faisant fi des règles de la concurrence». Selon le directeur du Commerce de la wilaya, M. Goumida, «cette journée de sensibilisation constitue une première dans la wilaya, qui sera suivie par d'autres tout au long de l'année 2016, car il s'agit d'un programme qui s'étalera sur cinq ans».Cela concerne, ajoutera-t-il, surtout les opérateurs économiques activant dans différents secteurs, mais également les commerçants, dont le nombre est respectivement de 4.000 et 60.000 dans la wilaya. Et le même responsable d'indiquer que la direction, par le biais de son bureau de contrôle des pratiques anticoncurrentielles, a effectué une enquête établissant des indices d'application de prix en violation des règles de la concurrence, à l'instar de pratiques déloyales, d'abus de domination de marché, de dumping, etc., pour exclure éventuellement les autres opérateurs et de rester seul sur le marché. L'enquête, qui a touché les activités des viandes rouges, des hôtels et restaurants, les produits pharmaceutiques et l'agroalimentaire d'importation, a permis de relever des indices de pratiques anticoncurrentielles dans ce dernier et concernant surtout le lait pour enfants. La rencontre a connu également des interventions d'universitaires, dont une «étude comparative d'institutions de concurrence, le cas algérien et celui belge», considéré comme un cas réussi en Europe ainsi qu'une autre portant «le cas canadien», idéal à atteindre qui se distingue par une culture d'entreprise et une culture des opérateurs comme des consommateurs, selon la formule d'un des intervenants. «Chose qui nous manque cruellement, le marché, au sens noble du terme, n'existant toujours pas chez nous et demeure surtout marqué par l'anarchie et l'irrationalité», conclura-t-il.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)