Algérie

Commentaire. L'avenir des seniors


Depuis la création du dieu football, la pyramide des âges aura pris un coup de vieux. Car, dès qu'un jeune joueur qui peine encore à se débarrasser de son acné, malgré l'acharnement, parvient à bien maîtriser le jeu, son entraîneur n'hésitera pas à le faire jouer en seniors. Il en fut ainsi pour le roi Pelé qui, dès l?âge de 16 ans, s'en ira avec panache taquiner le ballon avec ses aînés de la coupe du monde de 1958. Le résultat, pour lui et pour ses camarades, fut simplement prodigieux. A cette époque, dans les maquis de l'Algérie en guerre, des jeunes étudiants, des lycéens et des collégiens rejoignaient avec détermination les rangs des combattants pour la liberté. Le résultat ? même si l'histoire officielle n'aura encore rien fait pour le magnifier- fut tout simplement époustouflant. La guerre finie, le pays qui peine encore à se construire fera appel à cette jeunesse pour se forger un destin. Lors des premières élections multipartites, l'on donna la préférence aux doyens de l'époque, dont l?âge ne dépassait pas la cinquantaine. C'était les seniors du moment. Mais depuis, nos seniors auront largement dépassé 75 ans. Cela ne fait plus très jeune ; mais ça permet de départager des ex æquo aux élections locales. La priorité étant accordé, comme au bon vieux temps, au plus âgé. Cela ne semble déranger personne alors que le concurrent peut être septuagénaire. Mais là où la règle fait mal, c'est lorsque le discours officiel continue d'appeler au renouvellement, alors que la pratique élimine systématiquement les jeunes générations. De quoi désespérer de ce pays et lorgner définitivement du côté de la mer. A ce rythme, pourquoi ne pas rappeler Rachid Mekhloufi et Saïd Amara en équipe nationale ? Ils n'ont jamais déçu et de surcroît, ils ont raté la coupe du monde de 58 pour rejoindre le FLN en guerre. Pendant que les jeunes se tuent à quitter le pays, nos seniors pavoisent dans les travées du pouvoir.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)