Algérie

Chlef: « A pleins poumons !»

«Asthmatiques, vivez à pleins poumons», tel est le thème retenu cette année pour célébrer la journée mondiale de l'asthme coïncidant avec la journée du 5 mai.

Cette journée se voulait être une journée de sensibilisation et d'information pour tous ceux ou celles qui sont impliqués dans l'asthme. Le thème choisi «asthmatiques, vivez à pleins poumons» met en avant l'importance et la nécessité d'avoir un asthme équilibré et contrôlé pour mener une vie la plus normale possible.

Qu'en est-il chez nous ? A défaut d'étude scientifique et de statistiques fiables au niveau de la wilaya de Chlef, nous avons rendu visite à l'un des plus importants hôpitaux, en l'occurrence celui de Ténès. Ce dernier serait, selon le directeur de l'EPH (Etablissement public hospitalier) de Ténès, M. Idjer Mustapha, très fréquenté par les asthmatiques compte tenu de son implantation (à proximité de la mer) et par conséquent l'humidité qui y règne, principal facteur déclenchant une crise d'asthme. A titre d'exemple, au cours de l'année 2008 et uniquement au niveau de l'hôpital de Ténès, 1.675 personnes se sont rendues aux services des urgences pour traiter leur crise d'asthme. Parmi ce nombre, on dénombre 236 enfants âgés de moins de 15 ans. Quant au premier trimestre, plus de 400 personnes ont été prises en charge. A ce sujet, il est important de noter que la prise en charge au niveau des urgences de cet EPH est telle qu'aucun décès n'est à signaler.

Par ailleurs, il faut souligner que contrairement aux diabétiques, les asthmatiques ne sont pas structurés au sein d'associations qui devraient leur permettre une meilleure prise en charge de leurs problèmes. Pire encore, le sujet est tabou et très peu de personnes parlent de leur maladie, si ce n'était l'état dans lequel se trouve l'asthmatique durant sa crise. En effet, l'asthmatique se reconnaît généralement lors de ses crises qui se manifestent par des difficultés à inspirer mais surtout à expirer l'air contenu dans ses poumons, comme s'il respirait au travers d'une petite paille. Un sifflement accompagne cette gêne témoignant d'un rétrécissement des bronches. L'air est empoisonné dans la poitrine, le thorax bloqué. Cette situation s'accompagne d'une toux irritante. Bien entendu, cette oppression, ce sifflement ou cette toux du malade sont de fréquence et d'intensité variables. Les crises peuvent être de courte durée ou persister plusieurs jours. Dans ce cas, il s'agit alors d'une «attaque d'asthme», nécessitant une évacuation sanitaire.

Il faut noter que l'asthmatique est sensible à plusieurs facteurs, dont le contact avec un allergène (acariens, pollen, animaux), l'inhalation de substances polluantes (fumée, gaz d'échappement, bombes aérosols), la prise de certains médicaments, l'ingestion d'un aliment ou enfin le stress. Cependant, selon un phtisiologue exerçant au niveau du chef-lieu de wilaya, le docteur Bouchahda, «la disponibilité de traitements extrêmement efficaces sur le marché permet de réduire considérablement le nombre de décès à condition que l'asthme soit dépisté et traité rapidement».


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)