Algérie

Boumerdès les diabétiques et leurs difficultés


A l'occasion de la célébration de la Journée mondiale du diabète, l'association des diabétiques de la wilaya de Boumerdès organise, à la salle des conférences de l'université M'hamed Bougara, le 2ème salon du diabète avec la collaboration de la Société algérienne de diabétologie (SAD). C'est aussi une opportunité pour les membres de cette association de prise en charge des patients diabétiques, d'exposer leurs préoccupations et leurs doléances car, selon le président de cette entité de la société civile, M. Mohamed Mokri, «le diabète est désormais un véritable problème de santé publique». A ce sujet, les exemples d'obstacles pour la prise en charge, des aspects médicaux notamment, sont légion au niveau de la wilaya de Boumerdès, comme l'indique le premier responsable de l'association. Cependant, pour illustrer un cas de la situation des patients diabétiques insulino-dépendants, nous nous sommes rapprochés de la maison des diabétiques de la ville de Boudouaou pour connaître plus en détail ce qui se fait au sein de cette structure médicale spécialisée en diabétologie. Pour le Dr Abdi Rachid, responsable du diabète au niveau de la wilaya de Boumerdès, celui-ci se réjouit de l'existence de la maison des diabétiques qui répond aux besoins des patients en matière de consultation médicale (analyse, traitement, orientation pour un suivi spécialisé, etc.). «Si la variété des cas qui nous ont consultés peut surprendre quelques-uns, c'est sans doute parce qu'il n'y a pas seulement un diabète sucré», fait remarquer le Dr Abdi. D'ailleurs, pour illustrer cet état de fait, il est à noter qu'en une année, la maison des diabétiques de Boudouaou a reçu plus de 500 patients diabétiques de différents âges, lesquels sont généralement soumis au moins une fois à la consultation obligatoire. Ainsi, les diabétiques sont plus ou moins soulagés de retrouver une structure sanitaire qui les prend en charge. Et c'est de bon augure pour préparer le malade diabétique à la vie normale, bien que celle-ci ne sera jamais absolument normale par le fait que la maladie exige deux injections par jour d'insuline, parfois plus, ou la prise de 3 à 6 comprimés tous les jours et à vie. Concernant les principales contraintes qui font qu'il existe toujours des insuffisances dans la prise en charge des diabétiques de la wilaya de Boumerdès, il y a un certain nombre de points sur lesquels le président de l'association de Boumerdès revient à chaque fois au cours de l'entretien qu'il nous a accordé, à savoir que ces populations ciblées sont trop souvent traitées à titre ponctuel et l'absence de stratégie de prévention de la maladie et des affections prédisposantes. Trop de malades ne savent pas encore que la maladie est chronique et qu'elle nécessite un traitement à vie, d'autres malades ne peuvent pas subvenir aux dépenses en soins et médicaments, etc. Enfin, comme à tout problème il existe une solution, le président de l'association n'a pas manqué de proposer une approche sur les trois axes supports de la stratégie de prise en charge des patients diabétiques qui sont: le dépistage précoce, dont le but est de capter la population à risque, la prévention au stade maladie qui consiste à un suivi médical régulier, et la prévention au stade des complications. Les médecins spécialistes restent en tous les cas les acteurs principaux de cette action.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)